France
URL courte
Par
Enseignant décapité en région parisienne (84)
111420
S'abonner

Les collègues et sympathisants de l’enseignant égorgé à Conflans-Sainte-Honorine se sont réunis au lendemain de l’attentat pour honorer sa mémoire et dénoncer la haine et le racisme.

Dévasté par l’attaque meurtrière de vendredi dans les Yvelines, le syndicat CGT Éducation 78 a appelé à se rassembler pour honorer la mémoire du professeur décapité et «accompagner la souffrance de la famille» endeuillée. Le rassemblement, à l’appel de CGT Éducation 78, se tient devant le collège du Bois d’Aulne.

Arborant les couleurs de la France ou les portant sur leurs vêtements, les enseignants, venus non seulement du 78, mais aussi des départements voisins, ont exprimé leurs griefs et leur solidarité au micro de Sputnik avant de chanter la Marseillaise.

Un millier de parents, élus ou simples citoyens ont afflué sur place. Dans un communiqué, le syndicat a souligné la nécessité de combattre la «haine et le racisme».

«Ils ne passeront pas»

Vendredi vers 17h00, un professeur d'histoire a été décapité à proximité du collège où il enseignait dans un quartier calme de Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines), avant que son assaillant, armé d'un couteau de cuisine et tentant de s'enfuir, ne soit tué par des policiers à 200 mètres de là, à Éragny.

Le Président de la République s’est rendu sur les lieux de l’attaque et a dénoncé un «attentat islamiste caractérisé».

«Ils ne passeront pas. L'obscurantisme ne gagnera pas», a affirmé Emmanuel Macron.

Le procureur national antiterroriste Jean-François Ricard a confirmé lors d'une conférence de presse au lendemain de l'attaque que l'assaillant était né à Moscou en 2002 et s'appelait Abdoullakh A.

Dossier:
Enseignant décapité en région parisienne (84)

Lire aussi:

Ces pays voisins de la France où des émeutes éclatent contre le durcissement des mesures - images
Venue vider le logement de son père défunt, elle fait une découverte explosive
Trois scénarios à l'étude au sein de l'exécutif face à l'accélération de l'épidémie
Tags:
décapitation, France, attentat
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook