France
URL courte
Par
Enseignant décapité en région parisienne (87)
353188
S'abonner

La police a placé en garde à vue un parent d’élève qui s’était plaint de l’attitude du professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine, selon Le Parisien. Dans une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux, il avait critiqué le fait qu’une caricature de Mahomet ait été montrée en classe. Le ministre de l’Éducation a dénoncé les propos du mis en cause.

Un parent d’élève qui avait condamné sur les réseaux sociaux l’enseignement de Samuel Paty, professeur d'histoire-géographie décapité à Conflans-Sainte-Honorine, a été placé en garde à vue, rapporte Le Parisien qui cite une source proche de l’enquête.

Ce père d’une élève de treize ans s’était indigné que l’enseignant assassiné ait pu montrer une caricature de Mahomet durant son cours. Il avait fait part de sa colère dans une vidéo partagé sur Internet. Il y racontait que l’enseignant avait demandé à ses élèves musulmans de lever la main et de sortir de classe, avant de montrer une caricature de Mahomet nu.

«Ma fille a été choquée suite au comportement de son prof ― je n’ose même plus employer ce mot “prof”, c’est un voyou qui est censé leur apprendre l’histoire et la géographie […] Il a montré un homme tout nu [une caricature, ndlr] en leur disant que c’était le prophète des musulmans. […] Ce voyou ne doit plus rester dans l’Éducation nationale, ne doit plus éduquer des enfants, mais doit aller s’éduquer lui-même», déclarait-il dans cette vidéo.

Il s’agit apparemment du même parent d’élève qui avait porté plainte contre l’enseignant il y a une semaine, précise Le Parisien.

Le ministre de l’Éducation en colère

Dans le sillage de sa vidéo, le parent d’élève avait communiqué sur Facebook le nom de l’enseignant et son adresse, précise Le Point. La vidéo a notamment été relayée par la Grande Mosquée de Pantin.

Devant la presse, le ministre de l’Éducation a fait allusion à la prise de parole de ce parent d’élève, dénonçant une vidéo «totalement scandaleuse, mensongère et faite pour aboutir à quelque chose de probablement violent». Jean-Michel Blanquer a dénoncé une volonté de «créer le conflit» qui a débouché sur la «tragédie» du 16 octobre.

Dossier:
Enseignant décapité en région parisienne (87)

Lire aussi:

Un chef partage son secret pour des pommes de terre rôties parfaites 
Un homme «neutralisé» à Paris après avoir tenté d'attaquer des policiers au couteau
Un puissant séisme frappe la Grèce et la Turquie, plusieurs morts et plusieurs centaines de blessés - images
Tags:
Charlie Hebdo, caricature, terrorisme, islamisme, décapitation
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook