France
URL courte
Par
Enseignant décapité en région parisienne (104)
5812111
S'abonner

La mosquée de Pantin a regretté auprès de Franceinfo avoir diffusé via sa page Facebook la vidéo du père d’une élève mettant en cause le professeur Samuel Paty. Quant à la raison qui a motivé la mise en ligne de la séquence, le recteur déplore une forme de discrimination que Samuel Paty aurait, selon lui, imposée à certains élèves musulmans.

Le 9 octobre, la grande mosquée de Pantin a relayé sur sa page Facebook une vidéo montrant le père d'une élève qui avait appelé à la mobilisation contre Samuel Paty, après un cours d'éducation civique où le professeur avait montré des caricatures de Charlie Hebdo. Joint par Franceinfo, M'hammed H., le président de l'association qui gère la construction de la future grande mosquée de Pantin, a reconnu les faits mais a dit «regretter» l'avoir diffusée.

«A posteriori, vu ce qu’il s’est passé on regrette de l’avoir publiée. On est en train de voir comment à l’avenir prendre un peu de recul avant de s’emballer sur des choses comme ça.»

«Aucun appel contre cet enseignant»

Néanmoins, selon le recteur, dans cette vidéo «il n’y a aucun appel à la haine», ni «aucun appel contre cet enseignant»:

«Ce ne sont pas les caricatures qui nous ont choqués mais quand on voit dans cette école qu'on dit: “Vous êtes musulmans, levez le doigt”, ça c’est choquant, ça ne peut pas fonctionner».

Quelques heures après l'assassinat de Samuel Paty, la mosquée de Pantin a supprimé le message vidéo et a condamné l'attentat.

Dossier:
Enseignant décapité en région parisienne (104)

Lire aussi:

Ces 25 propriétaires du 93 ont appris par simple lettre qu’ils étaient expropriés
Un eurodéputé surpris dans une orgie gay à Bruxelles présente sa démission
Méfiance face aux vaccins anti-Covid: «vous n’êtes ni des cobayes ni des jouets de l’industrie pharmaceutique»
Tags:
Conflans-Sainte-Honorine, Pantin, décapitation, mosquée, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook