France
URL courte
Par
Enseignant décapité en région parisienne (104)
3413549
S'abonner

Une étudiante de 19 ans a été placée en garde à vue à Besançon après avoir justifié, sur les réseaux sociaux, la décapitation de l’enseignant Samuel Paty.

«Cette mort était méritée»: une étudiante de 19 ans a été interpellée par les gendarmes de la section de recherches de Besançon après avoir écrit sur Facebook un commentaire justifiant le meurtre du professeur Samuel Paty, raconte L’Est républicain.

Selon ses informations, la jeune femme a été placée en garde à vue et auditionnée par les militaires. Elle comparaît ce vendredi 23 octobre devant les juges du tribunal de Besançon pour «apologie du terrorisme».

Un internaute alerte la cellule Pharos

Le commentaire en question avait été publié sur le Facebook de L’Est républicain Besançon, en réaction à un post traitant de l’appel au rassemblement en hommage à Samuel Paty. Répondant à ceux qui exprimaient leur indignation face au meurtre de l’enseignant, la jeune femme aurait indiqué que «cette mort était méritée».

Ses propos ont ensuite été supprimés mais un internaute a alerté la cellule Pharos, qui permet de signaler les contenus illicites en ligne. Les gendarmes n’ont pas eu beaucoup de peine à identifier la suspecte qui s’était d’ailleurs exprimée sous sa véritable identité.

Lors de son audition, elle a reconnu les faits et expliqué qu’elle avait dérapé. Selon L’Est républicain, la jeune femme est inconnue de la justice et des services de renseignement.

Dossier:
Enseignant décapité en région parisienne (104)

Lire aussi:

L’hiver arrive: la France est-elle dans une situation «prérévolutionnaire»?
Caricatures de Mahomet: Daech «prépare des attentats en Europe à Noël», selon un ex-agent du MI6
Traversée de l’Algérie avec un âne: le challenge qui passe mal sur les réseaux sociaux
L’avocat de Trump présente au Sénat de Géorgie une première vidéo de «preuve» de fraude électorale
Tags:
apologie du terrorisme, Samuel Paty, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook