France
URL courte
Par
Caricatures de Mahomet: le monde musulman s’indigne (34)
256420
S'abonner

Le porte-parole de Poutine ayant fait remarquer que les chefs des sujets de la Fédération de Russie ne s’occupaient pas de politique étrangère et ne prenaient pas de décisions en la matière, Ramzan Kadyrov a expliqué qu’il avait formulé son message à Emmanuel Macron en tant que musulman et non qu’homme politique.

Le dirigeant tchétchène a donné une explication à ses récents propos à l’encontre d’Emmanuel Macron, soulignant qu’il ne s’adressait pas au Président de la République en tant que politicien, mais en tant que musulman et qu’il était prêt à répéter ce qu’il avait déjà dit.

Et de souligner qu’il en avait le droit en tant que personne qui aime sa religion et respecte ses directives.

Pour rappel, la veille, Ramzan Kadyrov avait réprouvé le soutien du Président français aux caricatures du prophète Mahomet. Accusant Emmanuel Macron de soutenir les provocations, il a estimé que ce dernier incitait indirectement «les musulmans à commettre des crimes» et l’a appelé de cesser les provocations «avant qu’il ne soit trop tard».

La réaction du Kremlin

Commentant les propos tenus mardi 27 octobre par Ramzan Kadyrov, le porte-parole du Kremlin a déclaré que les chefs des sujets de la Fédération de Russie ne faisaient pas de politique étrangères et que sur ces questions, il convenait de s’aligner sur la position adoptée par le chef de l’État.

Macron face à l’assassinat de Samuel Paty

En octobre, Emmanuel Macron a prononcé un discours sur la lutte contre le séparatisme religieux après l’assassinat du professeur Samuel Paty, décapité par un jeune réfugié tchétchène. Alors, il a été annoncé que le 9 décembre prochain, en Conseil des ministres, serait présenté un projet de loi qui, «115 ans après l'adoption définitive de la loi de 1905, visera[it] à renforcer la laïcité, à consolider les principes républicains».

Le Président a en outre souligné la nécessité de libérer l’islam en France des influences étrangères.

En septembre, alors que débutait le procès sur les attentats des 7, 8 et 9 janvier 2015, le Président a défendu la «liberté de blasphémer».

Dossier:
Caricatures de Mahomet: le monde musulman s’indigne (34)

Lire aussi:

Cinq morts, dont un enfant, et des blessés en Allemagne où une voiture a foncé sur des piétons - images
Ces armes russes qui font de l’Algérie une puissance militaire régionale
Cette photo prise dans une unité Covid-19 devient virale
Tags:
caricature, Dmitri Peskov, Emmanuel Macron, Ramzan Kadyrov
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook