France
URL courte
Par
361246
S'abonner

Un sondage mené après la décapitation du professeur Samuel Paty et dévoilé par Le Figaro indique que la confiance des Français envers le gouvernement sur la question du terrorisme a largement baissé depuis juillet. Une chute inédite par rapport aux quatre dernières années.

Un baromètre Fiducial/Odoxa pour Le Figaro révèle que seuls 26% des Français font désormais confiance au gouvernement pour les protéger du terrorisme. Bien qu’il ait été effectué juste après l’assassinat de Samuel Paty et l’attaque près des anciens locaux de Charlie Hebdo, jamais ce chiffre n’avait été aussi bas en quatre ans. Depuis le dernier sondage en juillet, il a perdu 18 points.

«Pendant quatre ans, les Français ont été plus de 40% à penser que le gouvernement était capable de les protéger, à l’exception du mois d’octobre 2019 au lendemain de l’attentat à la préfecture de police de Paris (36%)», indiquent les analystes.

Un attentat fait naturellement baisser cet indicateur, mais pas plus de sept à huit points, ajoutent-ils. Cette baisse de 18 points est donc le signe d’un véritable effondrement de la confiance dans le gouvernement. À cela s’ajoute désormais l’attentat de la basilique de Nice survenu jeudi.

Présence policière

Les personnes interrogées estiment également majoritairement (57%) qu’il n’y a pas suffisamment de policiers et de gendarmes dans les rues, notamment à proximité des lieux de culte. Une semaine après le sondage, Emmanuel Macron a annoncé le jour de l’attentat de Nice que le nombre de militaires de l’opération Sentinelle passerait de 3.000 à 7.000. À voir si cette mesure suffira à rassurer la population.

Lire aussi:

Au moins deux morts et plus d'une dizaine de blessés en Allemagne où une voiture a heurté des piétons - images
Macron indique à quelle période aura lieu la première campagne de vaccination en France
Ces armes russes qui font de l’Algérie une puissance militaire régionale
Tags:
attentat, sondage, terrorisme, confiance, gouvernement
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook