France
URL courte
Par
Enseignant décapité en région parisienne (104)
573763
S'abonner

Vers quatre heures du matin, deux personnes étaient en train de terminer un tag «islamisme = fasci...» sur la mosquée de Pantin (Seine-Saint-Denis) quand les forces de l'ordre les ont interpellées, a annoncé le parquet.

Le parquet de Bobigny a annoncé l'interpellation d'un homme et d’une femme de 21 ans à Pantin (Seine-Saint-Denis) dans la nuit du 30 au 31 octobre. Les jeunes ont eu le temps d'écrire «Mosquée de tueurs de profs», «Justice pour Samuel Paty», «Je suis Charlie» sur la mosquée fermée administrativement pour six mois.

Au moment de l'arrivée de la police, vers quatre heures du matin, ils étaient en train de finaliser un tag «islamisme = fasci...», a appris l'AFP d'une source proche d’enquête. Ils ont été placés en garde à vue.

Les services de la commune ont effacé les tags dans les heures qui ont suivi.

«Les auteurs de ces inscriptions déshonorent la mémoire de Samuel Paty et de toutes les victimes de l'islamisme en considérant que tous les musulmans sont coupables», regrette le maire de Pantin Bertrand Kern.

Mosquée fermée

Pour avoir montré à ses élèves des caricatures de Mahomet pendant un cours sur la laïcité, le professeur d’histoire-géographie Samuel Paty a été décapité le 5 octobre non loin du collège où il enseignait dans les Yvelines, trois semaines après l'attaque devant les anciens locaux de Charlie Hebdo.

La fermeture de la mosquée de Pantin a été décidée par le ministère de l'Intérieur après la diffusion le 9 octobre sur la page Facebook du lieu de culte d'une vidéo dénonçant le cours du professeur.

Dossier:
Enseignant décapité en région parisienne (104)

Lire aussi:

Cinq morts, dont un enfant, et des blessés en Allemagne où une voiture a foncé sur des piétons - images
Ces armes russes qui font de l’Algérie une puissance militaire régionale
Cette photo prise dans une unité Covid-19 devient virale
Tags:
Pantin, décapitation, inscriptions, mosquée
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook