France
URL courte
Par
9575
S'abonner

Treize maires de Seine-Saint-Denis ont choisi de passer par la justice pour contester le décret ordonnant la fermeture des commerces dits non essentiels.

Souhaitant défendre les commerces de quartier, 13 des 14 maires du Territoire Grand-Paris Grand-Est ont attaqué en justice le décret du 23 mars 2020 qui établit la liste des commerces «non essentiels», rapporte France Bleu.

«La fermeture des commerces dits "non essentiels", c’est-à-dire les commerces de détails non alimentaires est injuste et mortifère», clame le communiqué des élus.

Dans le même temps, Jean-Paul Fauconnet, maire LR de Rosny-sous-Bois contacté par France Bleu, assure qu’il n’envisage pas de prendre un arrêté pour autoriser l’ouverture des commerces locaux.

«Nous appliquons au pied du mur»

«C’est nous mettre en porte-à-faux par rapport à une décision de l’État, et surtout c’est mettre en difficulté les petits commerces qui pourraient être sanctionnés», explique-t-il.

M.Fauconnet souligne que beaucoup de concitoyens ont du mal à accepter ce nouveau confinement et dénonce «un mépris des élus»: «C’est une indifférence, totale. Nous appliquons au pied du mur, et au coup par coup, car nous recevons les décrets préfectoraux au dernier moment», déplore l’édile.

Lire aussi:

Décrue de l’épidémie: le miracle Macron a-t-il eu lieu?
La Russie proscrit l'hydroxychloroquine contre le Covid-19
Un attentat néonazi contre une loge maçonnique en Moselle déjoué
Nouvelle menace iranienne: «Israël peut être détruit en une seule opération»
Tags:
confinement, commerce, France, Seine-Saint-Denis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook