France
URL courte
Par
13130
S'abonner

Inspiré par l’attentat de la basilique Notre-Dame de Nice, un homme fortement alcoolisé a proféré des menaces de mort à caractère terroriste au personnel de l’hôpital Marie-Madeleine de Forbach. Arrêté et placé en garde à vue, il sera jugé à la fin du mois de novembre.

Les faits ont eu lieu le 1er novembre à l’hôpital Marie-Madeleine de Forbach où un homme, originaire du Kosovo, a dit des menaces de mort à caractère terroriste au personnel soignant, raconte Le Républicain lorrain.

L’individu, âgé de 37 ans, a été pris en charge par le personnel soignant en étant fortement alcoolisé et a lancé des menaces à caractère terroriste rappelant les dernières attaques de Nice et de Conflans.

«Je vais faire comme à Paris, je vais vous couper la tête. Je connais ton visage, je vais te faire du mal, je vais t’égorger comme à Nice», aurait-il déclaré à des agents dépositaires de l’autorité, cités par le média.

Problèmes psychologiques

Arrêté, l’homme a comparu le 6 novembre devant le tribunal correctionnel de Sarreguemines pour ces faits d’apologie d’un acte de terrorisme et les menaces de mort. Il a des problèmes d’alcool et souffre de troubles de la personnalité de type paranoïaque, selon la juge Catherine Bruere.

«Vous êtes dans une spirale destructrice avec vous-même», a-t-elle indiqué.

Présent à l’audience, les membres du personnel soignant, cinq infirmières, deux aides-soignantes et un médecin, se sont dits «choqués et vivant dans la crainte».

L’homme a fait une demande de renvoi pour préparer sa défense. Il sera jugé de nouveau en comparution immédiate le 30 novembre, au tribunal de Sarreguemines. Il a été placé sous contrôle judiciaire strict.

Lire aussi:

Bill Gates prédit l'apparition d'une nouvelle pandémie
Une frégate allemande arraisonne un navire turc faisant route vers la Libye - vidéo
Un camp de migrants s'installe dans le centre de Paris, la police intervient - vidéo
Tags:
apologie, apologie du terrorisme, Nice
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook