France
URL courte
Par
16735
S'abonner

La Haute autorité de santé a commencé à planifier une potentielle campagne de vaccination en France. Certains publics pourraient être visés en premier, selon l’intensité de l’épidémie. Le cas des professionnels de santé est particulier.

La Haute autorité de santé (HAS) a rendu un rapport pour clarifier les modalités d’une possible campagne de vaccination. Différents scénarios y sont esquissés, alors que les sociétés Pfizer et BioNTech ont annoncé le 9 novembre avoir mis au point un vaccin «efficace à 90%» contre le Covid-19.

La principale hypothèse envisage une forte circulation virale, localisée ou non, au moment de l’arrivée des vaccins. Dans ce cas, les populations à risques seront les premières à bénéficier du traitement. Pour l’heure, la Haute autorité de santé estime que cela représenterait 23 millions de personnes, plus 8 millions d’obèses.

Pour réduire la mortalité associée au Covid-19, les autorités sanitaires pourraient également décider de cibler l’entourage des personnes fragiles, y compris les «personnes jeunes et sans comorbidités».

Une autre piste évoquée est la vaccination prioritaire des «personnes vivants en collectivité», que ce soit dans les ehpad, les prisons ou les hébergements collectifs. Une logique qui pourrait s’étendre jusqu’aux individus «fréquentant des lieux propices aux contacts multiples (par ex: entreprises, lieux clos et transports en commun…)», rapporte l’organisme de santé.

Le cas des professionnels de santé

Un scénario encore plus large envisage de cibler «l’ensemble de la population susceptible d’être infectée», ce qui engendrerait un besoin très important en vaccin, la population adulte en France étant estimée à 53 millions de personnes, rapport l’HAS.

Il se pourrait encore que l’arrivée de vaccins intervienne alors que l’épidémie circule «à bas bruit», via des clusters limités. Dans ce cas, la distribution de vaccins viseraient en priorité les «cas contacts».

Le cas des professionnels de santé reste quant à lui particulier, l’HAS précisant qu’ils seront des cibles prioritaires pour le vaccin «dans tous les scénarios envisagés», indépendamment de l’intensité de l’épidémie. Cela représente 1,8 million de personnes, auxquelles s’ajouteraient les personnels du secteur médico-social (1 million).

Le 10 novembre, Olivier Dussopt, ministre délégué aux Comptes publics avait déclaré sur Europe 1 que l’État se tenait prêt à débloquer 1,5 milliard d’euros pour l’achat de 35 millions de doses de vaccins.

Lire aussi:

L’humoriste de France Inter Guillaume Meurice s’en prend aux commerçants frappés par le confinement
Une «violente altercation» éclate entre deux avocats lors du procès Sarkozy, l’audience suspendue
Traversée de l’Algérie avec un âne: le challenge qui passe mal sur les réseaux sociaux
Des outils d’espionnage télécoms israéliens ont été détectés dans ces quatre pays européens
Tags:
Haute autorité de santé (HAS), soignants, vaccin, Covid-19
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook