France
URL courte
Par
41510
S'abonner

Le gouvernement est resté ferme sur l'interdiction des messes pour l'instant, mais a évoqué la date du 1er décembre comme celle où elles pourraient être autorisées si la conjoncture sanitaire le permet.

Le gouvernement a exclu lundi 16 novembre d'autoriser à nouveau les célébrations religieuses en France malgré la pression de l’Église catholique, tout en laissant espérer une reprise à partir du 1er décembre, avec des règles adaptées et si les conditions sanitaires le permettent.

Les catholiques protestent contre l'interdiction des messes, en vigueur depuis la Toussaint dans le cadre des nouvelles mesures de confinement visant à endiguer une deuxième vague épidémique liée au nouveau coronavirus.

Le Premier ministre, Jean Castex, et le ministre de l'Intérieur et des Cultes, Gérald Darmanin, ont discuté de la question lundi avec les représentants des religions lors d'une visioconférence, en réaffirmant que les règles actuelles interdisant les célébrations collectives dans les lieux de culte demeuraient pour l'instant inchangées.

«Afin de tracer des perspectives, qui reposeront sur l'amélioration des conditions sanitaires, le Premier ministre et le ministre de l’Intérieur ont rappelé l’horizon fixé autour du 1er décembre prochain par le Président de la République lors de son adresse aux Français du 28 octobre 2020», a toutefois précisé Matignon dans un communiqué.

«Nouveaux protocoles sanitaires»

«Ainsi, ils ont insisté sur la nécessité de travailler dès à présent à l’adaptation des règles qui permettront la reprise de l’exercice des cultes, dès que les conditions sanitaires le permettront», ajoute le texte.

«Le délai nous séparant de cette échéance espérée sera donc mis à profit par les représentants des cultes, en lien avec le ministre de l’Intérieur, pour élaborer les nouveaux protocoles sanitaires. Ces propositions seront soumises la semaine prochaine au Premier ministre.»

La Conférence des évêques de France (CEF), dont un recours au Conseil d’État contre l'interdiction des messes a été rejeté le 7 novembre, a pris acte de la décision gouvernementale.

«La CEF mesure la déception et l’impatience de beaucoup de fidèles mais les catholiques sauront tenir dans cette attente et cette privation», a-t-elle souligné dans un communiqué. «Le gouvernement assume ses responsabilités à l’égard de la situation sanitaire du pays et nous devons tous accepter d’en être des acteurs. En respectant ces mesures sanitaires, l’Église participe de l’effort national de lutte contre l’épidémie.»

Les manifestations se poursuivent

Les lieux de culte peuvent rester ouverts mais «tout rassemblement en leur sein est interdit à l'exception des cérémonies funéraires dans la limite de 30 personnes», conformément au décret de reconfinement du 29 octobre. Le 7 novembre, le Conseil d'État a rejeté la demande des évêques de France et de plusieurs associations d’autoriser à nouveau les messes.

Plusieurs centaines de fidèles se sont rassemblés dimanche à Bordeaux, Nantes, Rennes, Nice, Marseille et Toulouse, un peu moins à Strasbourg et beaucoup plus à Versailles, pour dénoncer les décisions des autorités et exiger de pouvoir assister à des offices.

Lire aussi:

L'armée américaine se préparerait à frapper l'Iran, selon un spécialiste israélien
Trump va-t-il bombarder l’Iran pour éviter un nouvel accord nucléaire avec Biden?
Le ministre marocain de la Santé explique que l’hydroxychloroquine est la cible de l’industrie pharmaceutique - exclusif
Tags:
épidémie, culte, religion
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook