France
URL courte
Par
4173
S'abonner

La municipalité de Cassagnoles a choisi de donner asile à plusieurs chauves-souris, découvertes lors des travaux de rénovation de la nouvelle mairie. Trois endroits aménagés dans l’édifice ont été mis à la disposition de ces spécimens issus d’espèces protégées.

Les nouveaux locaux de la mairie de Cassagnoles, dans l’Hérault, accueillent plusieurs chauves-souris, que l’équipe municipale n’a pas désirées chasser, rapporte France 3. Les spécimens ont été découverts dans une ancienne bâtisse, désignée pour abriter la nouvelle mairie.

Suite aux travaux de rénovation, l’équipe municipale a choisi de cohabiter avec les mammifères volants. Trois espaces, situés dans les combles et au premier étage de la mairie, ont été aménagés et même insonorisés pour loger les chauves-souris.

Espèces protégées

L’initiative a été menée avec l'appui du Parc naturel régional du Haut-Languedoc, pour s’assurer de la bonne santé des mammifères à long terme. Les spécimens découverts appartiennent en effet à deux espèces menacées et protégées: le petit rhinolophe et le grand rhinolophe.

Leur population, insectivore, souffre notamment d’une réduction de leur territoire de chasse, fragilisé par l’usage des pesticides.

«Depuis l'avènement de l'agriculture intensive, leur population décline […]. On a moins d'espaces qui produisent des insectes et beaucoup d'entre eux sont tués par les insecticides», explique à France Bleu Laurent Cournault, responsable Biodiversité et Natura 2000 au sein du Parc régional.

La municipalité de Cassagnoles songe désormais à installer des caméras dans les combles de la nouvelle mairie, pour observer l’activité de ses nouveaux locataires.

Lire aussi:

Rouée de coups et laissée nue en pleine nuit au bord de la route
Joe Biden commente la lettre laissée par Donald Trump dans le Bureau ovale
Fiasco du vaccin français: «Nous assistons au dépérissement total de l’industrie française»
Tags:
espèces menacées, mairie, Hérault, chauve-souris
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook