France
URL courte
Par
16188
S'abonner

6,7 millions de personnes, dont 78% de femmes, affirment avoir été victimes d’inceste, indique un sondage Ipsos. Selon des responsables interrogés par Le Figaro, les révélations de ces faits prennent de l’ampleur en raison des scandales sexuels.

Un sondage Ipsos pour l’association Face à l’inceste (anciennement Association internationale des victimes de l’inceste ou AIVI) a révélé qu’un Français sur dix affirme avoir été victime d’inceste, soit 6,7 millions de personnes, dont 78% de femmes.

Selon Le Figaro, ces chiffres ont triplé par rapport à 2009. Les résultats du sondage arrivent à la veille d’un point d’étape organisé par le secrétaire d’État Adrien Taquet sur son plan pour protéger les mineurs, qui prévoit notamment la mise en place d’une commission sur les violences sexuelles faites aux enfants.

«L’inceste représente les trois quarts des violences sexuelles sur mineurs et ce mot ne figure même pas dans l’intitulé!», a déclaré au média Isabelle Aubry, présidente de Face à l’inceste. «Arrêtons de noyer l’inceste dans des termes génériques; cela contribue à maintenir le tabou».

«L’inceste sera bien au cœur de la commission», dont «la mise en place est imminente», mais «on ne veut pas laisser de côté certaines victimes qui n’entreraient pas dans cette définition», selon l’entourage du fonctionnaire.

Chiffres des années précédentes

En 2009, deux millions de Français déclaraient avoir subi de l’inceste, lors d’un sondage téléphonique commandé par l’AIVI. En 2015, ce chiffre a doublé.
«Les déclarations de vécu de situations d’inceste progressent encore fortement, une évolution probablement due en grande partie à une libération importante de la parole. Tous les scandales sexuels que l’on a connus poussent les victimes, notamment les femmes, à dire ce qui était encore indicible auparavant, en raison des ravages que peuvent provoquer ce type de révélations dans une famille», a analysé Étienne Mercier, directeur du département Opinion&Santé chez Ipsos.

La méthode du sondage

Il fallait «avancer masqué» «pour être sûr de la réponse», d’après le responsable de l’Ipsos. Les sondés se sont vu proposer «différentes situations incestueuses» (viols, attouchements, actes d’exhibitionnisme…) et demander si elles connaissaient au moins une personne ayant vécu l’une de ces situations. 32% des Français ont donné des réponses positives, 29% d’entre eux ont avoué qu’il s’agissait d’eux-mêmes.

«À quand une véritable politique de prévention afin de protéger les mineurs de ce fléau de santé publique?», se demande Isabelle Aubry, «survivante de l’inceste». «Actuellement, la loi prévoit qu’un enfant victime doit prouver qu’il n’était pas "consentant " pour que le viol ou l’agression sexuelle incestueux soit établi. Pour un enfant qui a déjà le courage de dénoncer ce qu’il subit, s’entendre poser la question de son "consentement " par les autorités judiciaires est d’une violence extrême! Cela sonne comme une remise en question de sa parole. Pire, cette question induit qu’il est responsable de la situation».

La présidente de l’association cite un cas à Saint-Malo, où un père incestueux a été condamné à huit mois avec sursis pour «atteinte sexuelle» sur sa fille de quatre ans en 2019. «La peine prononcée montre à quel point certains juges minimisent la gravité du crime d’inceste et de ses conséquences», selon elle.

Lire aussi:

L’humoriste de France Inter Guillaume Meurice s’en prend aux commerçants frappés par le confinement
Une «violente altercation» éclate entre deux avocats lors du procès Sarkozy, l’audience suspendue
Des outils d’espionnage télécoms israéliens ont été détectés dans ces quatre pays européens
Tags:
sexe, France, agressions sexuelles
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook