France
URL courte
Par
9348
S'abonner

L’inquiétude des Français quant au climat social ne cesse de croître, rapporte un sondage. Dans ce contexte tendu, les enjeux sécuritaires prennent une place importante.

L’immense majorité des Français s’attendent à voir le pays agité par des mouvements sociaux prochainement, rapporte un sondage Ifop pour CNews et Sud Radio. 85% d’entre eux pensent en effet qu’une explosion sociale peut se produire dans les mois à venir. Un chiffre en hausse de 13% par rapport à janvier.

Ce sentiment est partagé par les sondés de toutes les sensibilités politiques, depuis les sympathisants de La France insoumise (93%) jusqu’à ceux de La République en marche (62%).

Le pessimisme des Français en cette période de pandémie se ressent particulièrement sur les questions d’ordre économique, puisqu’ils sont 90% à se dire inquiets des conséquences économiques de la crise sanitaire. Un pourcentage stable depuis l’annonce du reconfinement.

Plus de la moitié des sondés ne font d’ailleurs pas confiance au gouvernement pour venir en aide aux entreprises mises en difficulté par le Covid-19 (55%).

Enjeux sécuritaires

Dans ce climat tendu, les enjeux sécuritaires ressurgissent. Interrogés sur la loi de sécurité globale actuellement discutée à l’Assemblée nationale, 68% des Français se disent favorables à la mise en place d’une police municipale non dotée d’armes létales dans les moyennes et grandes villes de France. 55% des sondés soutiennent la création de ce même corps de police, mais doté d’armes létales.

Concernant l’article 24 de loi sur la sécurité globale, 65% des Français approuvent le fait que les médias «floutent» à l’avenir les visages des gendarmes et des policiers.

Lire aussi:

À deux doigts de la mort: une nouvelle vidéo choc de violences policières publiée par Mediapart
Trump réagit à la fracture du pied de Biden
Un contrôleur de tram poignardé pour avoir demandé à des filles de porter un masque
Tags:
manifestation, émeutes, sondage, Covid-19
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook