France
URL courte
Par
645
S'abonner

À la suite du feu vert donné par l’Assemblée nationale à la création d’une police municipale à Paris, des élus craignent une pénurie de ces agents dans la Seine-Saint-Denis. Des députés exigent, à cet égard, une égalité de rémunération pour les agents de Paris et sa banlieue.

Un pas qui réjouit la maire de Paris, Anne Hidalgo, mais qui préoccupe un certain nombre d’élus de la banlieue parisienne: le 19 novembre, l’Assemblée nationale a donné un premier feu vert à la création d’une police municipale dans la capitale française.

Cette perspective, tant voulue par la maire socialiste depuis 2018, risque de provoquer une fuite des agents depuis la Seine-Saint-Denis vers la capitale, selon le député UDI de ce département Jean-Christophe Lagarde.

Il a pointé le petit nombre de postes occupés à Drancy, où il a été maire, précise France Bleu:

«S'il y a une concurrence déloyale qui s'installe avec Paris qui a un meilleur statut, qui peut payer plus cher les policiers et qui commencent à ouvrir des centaines de postes? Ça veut dire qu'on fermera des polices municipales dans un certain nombre de villes?».

Moyens proposés pour éviter la fuite

Afin d’éviter cette pénurie d’effectifs, le député insiste sur une égalité de salaires et de primes entre les policiers municipaux dans la capitale et la banlieue.

Le député communiste Stéphane Peu propose d’introduire, «comme dans d’autres métiers», «une obligation de cinq ans de service dans la collectivité qui les a recrutés et qui a financé leur formation».

Les policiers municipaux franciliens pas attirés par la capitale, selon des syndicats

Cependant, comme l’estime Cédric Michel, le président national du Syndicat de défense des policiers municipaux (SDPM), la plupart des policiers franciliens «ne sont absolument pas chauds pour aller se confronter à l'insécurité, à la délinquance et au risque terroriste, totalement démunis et sans arme», puisqu’Anne Hidalgo «est totalement contre l’armement».

Yves Bergerat, président du Syndicat national des policiers municipaux (SNPM), se rappelle de la création de cette police à Marseille:

«Ils sont montés en puissance, ils ont embauché pas mal de personnel et ça a eu comme effet de dégarnir un peu les postes sur les communes aux alentours. Mais au bout de quelques années, il y a eu un tassement, un retour à la normale».

Quant à la rémunération, la plupart des maires payent déjà au maximum les policiers municipaux, donc la capitale ne pourra pas faire beaucoup, toujours selon Cédric Michel.

Lire aussi:

Ces 17 millions de Français seront prioritaires pour obtenir le vaccin anti-Covid
«La France est soumise»: Onfray critique la réaction de la France suite aux insultes proférées par Erdogan
Les derniers mots de Maradona dévoilés par une chaîne de télévision
Tags:
banlieue, Paris, France, police, Anne Hidalgo
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook