France
URL courte
Par
Évacuation de migrants place de la République à Paris (16)
1167
S'abonner

Après l'ouverture d'une enquête suite au croche-pied fait à un migrant par un policier, une enquête a également été ouverte pour «violences par personne dépositaire de l’autorité publique» contre le journaliste Rémy Buisine lors de l'évacuation mouvementée d’un camp à Paris.

Le parquet de Paris a annoncé mardi l'ouverture d'une enquête pour des «violences par personne dépositaire de l'autorité publique» qui auraient été commises lundi soir par un policier sur le journaliste Rémy Buisine, du média en ligne Brut, lors de l'évacuation d'un camp de migrants à Paris.

«Notre journaliste Rémy Buisine a été molesté à plusieurs reprises par un policier», avait déclaré sur Twitter le média mardi au sujet de ces faits, qui font désormais l'objet d'une enquête confiée par le parquet à l'Inspection générale de la police nationale (IGPN).

Intervention tendue

Pris à partie au sol par au moins un agent, le journaliste affirme avoir été «pris à la gorge» et «violemment projeté» plus tôt dans la soirée par le même policier.

L'évacuation du «campement illicite de migrants», selon la préfecture de police de Paris, a été marquée par des affrontements entre les forces de police et les migrants, ainsi que les militants qui sont venus les soutenir et les journalistes couvrant l'événement.

Qualifiant les faits de «choquants», le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, a saisi l'IGPN.

Dossier:
Évacuation de migrants place de la République à Paris (16)

Lire aussi:

«C'est un mal pour un bien»: un soldat français blessé lors d'une attaque terroriste au Mali témoigne
Assaut du Capitole: «Donald Trump et ses supporters sont tombés dans un piège»
La Chine présente un prototype de train à sustentation magnétique conçu pour rouler à 620 km/h – vidéos
Tags:
police, évacuation, migrants, Rémy Buisine
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook