France
URL courte
Par
Évacuation de migrants place de la République à Paris (16)
4198
S'abonner

Deux agents de la BAC 93 sont visés par des enquêtes de l'IGPN pour des faits de «violences» sur un migrant et un journaliste lors du démantèlement d’un camp installé place de la République.

L’Inspection générale de la police nationale (IGPN) a été saisie ce mardi 24 novembre de deux enquêtes pénales et administratives à l’encontre de deux fonctionnaires de police après des faits de violences sur un migrant et un journaliste lors de l’évacuation d’un camp installé place de la République, rapporte Franceinfo.

Selon ses informations, l’IGPN s’intéresse à deux agents de la BAC 93 N (Brigade anti-criminalité de nuit), qui intervenait dans cette opération. La première enquête porte sur un commissaire divisionnaire, soupçonné d’avoir fait un croche-pied à un migrant qui ne le menaçait en rien.

Incident impliquant un journaliste

Le deuxième cas concerne un jeune fonctionnaire qui a maintenu au sol un journaliste du média en ligne Brut, Rémy Buisine. Selon ce dernier, c’est la «troisième fois» que ce «même policier» s’en prenait à lui dans la soirée.

Dans le même temps, Franceinfo cite une source syndicale selon laquelle ce fonctionnaire affirme avoir reçu un coup dans le visage avant les faits et avoir voulu protéger une collègue en difficulté face à des manifestants.

Dossier:
Évacuation de migrants place de la République à Paris (16)

Lire aussi:

Un plan secret anglais de 2017 prévoyait de priver les personnes âgées d’aide médicale en cas de pandémie
Une fusillade éclate à côté du Pentagone, le secteur est bouclé
Des sous-marins nucléaires russes arpentent-ils vraiment les fonds marins de l’Atlantique?
Les mesures de restriction des activités reviennent en force malgré la campagne de vaccination
Tags:
Inspection générale de la police nationale (IGPN), Brigade anti-criminalité (BAC), France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook