France
URL courte
Par
Affaire Michel, le producteur tabassé par des policiers à Paris (25)
19345
S'abonner

L’image d’une police violente semble proliférer au sein des jeunes générations, creusant un peu plus le fossé de la défiance. Comment y remédier? Est-il trop tard? Christian Mouhanna, sociologue spécialisé dans l’étude de la police et de la justice, analyse la situation.

L’affaire Michel, ce producteur de musique dont le passage à tabac par des policiers a été capté grâce aux caméras de surveillance du studio, a suscité une vague d’indignation dans les médias et sur les réseaux sociaux. Les images diffusées par Loopsider ont été visionnées plus de 12 millions de fois. Sur Facebook, Twitter, Instagram, là où les jeunes sont omniprésents, les posts de violences policières se multiplient . Comment redorer l’image des institutions auprès de la population, et surtout des plus jeunes? Le lien de confiance déjà érodé est-il récupérable?

«Ce n’est pas irrécupérable mais ça oblige, d’une part, les politiques et la police à ne plus être dans le déni», estime le sociologue Christian Mouhanna.

Comment? Il en dit davantage au micro de Sputnik:

Dossier:
Affaire Michel, le producteur tabassé par des policiers à Paris (25)

Lire aussi:

Décès de patients, statistiques troublantes et pressions: faut-il s’inquiéter du vaccin de Pfizer?
«Détruire le pays pour une maladie avec une mortalité aussi faible relève du pétage de plombs» - vidéo
Ce lapsus de Marion Maréchal sur ses ambitions présidentielles – vidéo
Tags:
violences policières, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook