France
URL courte
Par
142538
S'abonner

Invité des «Grandes Gueules» sur RMC, Jean-Marie Bigard a évoqué sa situation financière. Bien qu’il ne prétende pas se plaindre de son sort, il confie être ruiné et être «obligé de taper un pote pour finir le mois», tandis que d’autres qui le critiquent «pètent dans la soie».

Jean-Marie Bigard qui, en attendant que les spectacles reprennent, se sent «étouffé», «interdit de sortir» depuis sept mois sans pouvoir gagner le moindre «centime d’euro», a exprimé sa colère sur le plateau des «Grandes Gueules» de RMC, déplorant sa situation financière.

«Je suis tout à fait aux abois oui, je n’ai plus un rond dans le sens où je suis comme tout le monde à demander une autorisation de découvert à ma banque sinon j’ai trois mois de loyer de retard. Je ne vais pas pleurer. Mais je suis en train d’emprunter, de taper un pote pour finir le mois».

L’humoriste dit qu’il ne va pas se plaindre de son sort, «mais si tu me demandes si je suis financièrement ruiné, je le suis».

D’autres continuent de travailler et «pètent dans la soie»

Pendant ce temps, d’autres comédiens qui le critiquent, comme Gérard Jugnot, continuent de travailler: «Ils continuent de tourner des films, ils pètent dans la soie, mais moi si je ne mets pas mes 100 kilos de bidoche sur scène et que le préfet n’accepte pas que je joue… Eh bien ils m’affament. Parce moi je suis ma seule et unique source de revenus. Si je ne travaille plus, je ne gagne plus d’argent. Et au bout de six mois eh bien, comme tout le monde, tu claques du bec, relativement bien sûr.»

Lire aussi:

En direct: une forte explosion se produit à Madrid, au moins trois morts - vidéos
Covid-19: «si le vaccin ne fonctionne pas, on n’a pas de plan B», estime une virologue
Les Français pour le passeport vaccinal? «Ils sont terrifiés et prêts à céder leurs libertés individuelles»
Tags:
situation financière, confinement, Jean-Marie Bigard
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook