France
URL courte
Par
291346
S'abonner

Sur fond de deuxième vague de coronavirus, la grippe saisonnière semble avoir presque disparu, selon le dernier bilan de Santé publique France. Depuis le début de l’automne, aucun cas grave n’a été recensé, tandis que le milieu hospitalier n’a décompté que sept cas positifs.

Alors que les mois d’octobre et de novembre connaissent habituellement une forte recrudescence des cas de grippe saisonnière, laquelle touche de deux à huit millions de Français par an d’après l’Institut Pasteur, cette année la maladie présente un recul sans précédent.

Seuls sept cas positifs ont été recensés dans les hôpitaux depuis début octobre parmi les 13.277 prélèvements, selon un rapport publié le 9 décembre par Santé publique France. La médecine de ville, à son tour, n’a détecté aucun virus grippal «parmi les 356 prélèvements naso-pharyngés» depuis le 5 octobre.

La comparaison avec les données des années précédentes, fournies par les autorités sanitaires, permet de constater une réelle fracture.
Entre les semaines 40 et 49 en 2020, une ligne plate s’affiche sur le diagramme d’évaluation de l’épidémie de grippe saisonnière depuis 2017.

En plus de cela, «aucun cas grave de grippe n’a été signalé par les services participant à cette surveillance», ont indiqué les autorités sanitaires. Alors même que plus de 400 cas graves avaient été admis en réanimation en 2017.

Enfin, pour environ 10.000 collectivités de personnes âgées, 12 cas groupés d’infection respiratoire aiguë ont été identifiés, dont aucun cas de grippe.

Raisons possibles

Cette forte chute pourrait être expliquée par le respect des gestes barrières permettant de diminuer la transmission des virus: «Les virus grippaux sont sensibles aux mesures de prévention très simples que tout le monde adopte actuellement», indique Sibylle Bernard Stoecklim, épidémiologiste pour Santé publique France, citée par France info.

Une autre version a été proposée par le professeur Bruno Lina, virologue au CHU de Lyon, interrogé par le média: «Quand vous avez un virus qui est très installé d’un point de vue épidémique, comme le SARS-CoV-2, il n’y a pas la place pour qu’un deuxième virus vienne co-circuler en même temps de façon aussi abondante».

Enfin, l’augmentation du nombre de personnes vaccinées contre la grippe peut également jouer un rôle. Selon Le Parisien, 13 millions de Français se sont déjà fait vacciner contre environ 10 millions en 2019, suscitant une pénurie de doses. C’est la raison pour laquelle l’État a dû en commander deux millions supplémentaires.

«C’est du jamais-vu», conclut le généraliste Jean-Paul Hamon, président d’honneur de la Fédération des médecins de France, cité par le quotidien.

Lire aussi:

Etrange ballet d’objets lumineux dans le ciel d’Alger
La Russie proscrit l'hydroxychloroquine contre le Covid-19
Décrue de l’épidémie: le miracle Macron a-t-il eu lieu?
Tags:
Santé publique France, vaccination, Covid-19, grippe, épidémie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook