France
URL courte
Par
3928
S'abonner

À partir du 15 décembre, la France n’est plus confinée, mais un couvre-feu à 20h est instauré. Si les fêtes de Noël sont épargnées, celles du passage à la nouvelle année semblent compromises. Si ces nouvelles annonces étaient attendues, elles affectent toutefois un peu plus le moral des Français.

L’objectif de descendre à 5.000 contaminations par jour, espéré par Emmanuel Macron, ne sera pas atteint, a prévenu Jean Castex lors de sa conférence de presse du 10 décembre. L’exécutif a donc finalement tranché: le confinement est levé, mais il sera accompagné de nouvelles contraintes. Le retour du couvre-feu à 20h sonne la fin des attestations en journée. Le monde de la culture est abattu, les cinémas, théâtres et musées restant finalement fermés pour encore au moins trois semaines, laissant également craindre un report pour la réouverture des bars et des restaurants fin janvier.

Et si Noël semble sauf, la soirée du Nouvel An est quant à elle sacrifiée. Une mesure approuvée par près de sept Français sur dix selon un sondage IFOP pour CNews et Sud Radio. Pourtant, énième paradoxe social, seulement 37% des Français seront certains de le respecter.

Des fêtes contraintes pour ne pas faire repartir l’épidémie et alléger un système hospitalier déjà sous tension. Les soignants, à l’instar du Pr Christian Rabaud, infectiologue et président de la commission médicale d’établissement du CHRU de Nancy, s’inquiètent des conséquences de Noël et du Nouvel An pour le mois de janvier, qui seraient selon lui, encore plus graves que lors du premier confinement.

Lire aussi:

Un mort et plusieurs blessés après une fusillade dans l’Arizona
«Une catastrophe»: Michel Cymes sur la suspension des activités physiques des enfants pendant la pandémie
Couvre-feu à 18h: «On a le droit de déroger, alors faisons-le», lance un maire breton
Tags:
gouvernement, déconfinement, Covid-19, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook