France
URL courte
Par
9241
S'abonner

Alors que la France voit s’intensifier la circulation du virus, la population tolère de moins en moins le confinement quelques jours de Noël. Des photos et vidéos montrant des rassemblements de masse et diffusées sur les réseaux sociaux ce week-end font réagir, d’après CNews.

À quelques jours de Noël, nombreux sont ceux qui font comme si de rien n’était: des foules de clients se concentrent pour faire leurs courses de Noël, des entreprises organisent des apéros de rue, sans masques ni distanciation sociale. Des vidéos et des photos prises le week-end dernier créent la polémique sur les réseaux sociaux, rapporte CNews.

Malgré l’interdiction des «rassemblements sur la voie publique» depuis cette deuxième phase du déconfinement, samedi 19 décembre, beaucoup de Français ont préféré passer leur temps dans les quartiers traditionnellement festifs de Paris, comme le Marais.

​Ce qui pose également question, c’est, par exemple, la concentration de gens devant les bars, toujours dans le Marais et toujours sans respecter le protocole sanitaire, indique CNews.

De possibles sanctions à venir

Les mairies d'arrondissements ont reçu des signalements qui sont transmis aux commissariats, indique CNews se référant à l'Hôtel de Ville. Lors des interventions, des amendes, voire des fermetures administratives, peuvent être infligées.

Ces violations interviennent alors que la situation épidémique menace à nouveau de s’aggraver en région parisienne. Après une certaine amélioration apportée par le confinement, la propagation continue. Le 20 décembre, la France a recensé 12.800 nouveaux cas confirmés et 131 décès. Le taux d’incidence (nombre de cas positifs pour 100.000 habitants) est désormais de 130 selon les derniers chiffres du 16 décembre, quand il était de 87 au plus bas le 6 décembre, d'après l'Agence régionale de Santé d’Île-de-France.

Lire aussi:

Il braque un bar-tabac dans l'Oise puis entame une carrière de gendarme en Turquie
Lalanne risque cinq ans de prison pour son appel à l’armée visant à destituer Macron
«Le jour de son agression, Yuriy avait un tournevis dans sa poche», selon BFM TV
Tags:
fermeture, Covid-19, polémique, confinement
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook