France
URL courte
Par
6921414
S'abonner

La campagne vaccinale ayant été lancée le 27 décembre dans l’Hexagone, les premières personnalités de l’État ne se pressent pas pour donner l’exemple et recevoir le vaccin. En cause: le calendrier vaccinal, selon les dires de Jean Castex.

Le respect du calendrier vaccinal pousse les responsables français à retarder la date de leur vaccination, à en croire une déclaration du Premier ministre français. Selon ce calendrier, la vaccination est d’abord réservée aux résidents en EHPAD et sera par la suite proposée aux personnes ayant plus de 65 ans, ainsi qu’aux personnels soignants.

«Je me serais volontiers fait vacciner dès le début de la campagne, pour l’exemple», a expliqué Jean Castex dans une interview à L’Indépendant. «Mais je ne voudrais pas que ce soit interprété comme un passe-droit par rapport aux priorités établies par la Haute autorité de santé».

Quant à la vaccination prévue des autres dirigeants européens, tels que Pedro Sanchez en Espagne qui s’était dit prêt, le Président de la République a répondu auprès du média en ligne Brut qu’il n’avait «pas la même stratégie». Et de rassurer:

«Je ne vais pas du tout faire, moi, l’inverse de ce que je recommande pour la population. On n’a pas la même stratégie de vaccination qu’eux. Et donc aujourd’hui, on n’est pas en train de dire aux gens “vaccinez-vous, vaccinez-vous à toute force”».

Les Français sceptiques quant au vaccin

Le 27 décembre, le JDD a publié un sondage BVA réalisé du 11 au 14 décembre, selon lequel 56% des Français n’envisagent pas de se faire vacciner contre le Covid-19. Mercredi 30 décembre, seulement 200 personnes avaient été vaccinées en France contre 78.000 en Allemagne et 8.300 en Italie, d’après l’AFP.

Selon les données d’un sondage Ipsos du 29 décembre, 40% des Français accepteraient de recevoir le vaccin contre 77% des Britanniques, 65% des Allemands et 62% des Italiens.

Enfin, selon un sondage ABC News/Ipsos publié à la mi-décembre, plus de huit Américains sur 10 ont déclaré qu’ils iraient se faire vacciner, 40% affirmant vouloir le faire dès que le vaccin serait disponible et 44% souhaitant attendre un peu avant.

Lire aussi:

«J’ai fait une bêtise mais elle n’a pas souffert»: l’ex-compagnon de la femme tuée à Alençon se livre
Un mort et plusieurs blessés après une fusillade dans l’Arizona
Le Drian: «Il est urgent de dire à l'Iran que cela suffit»
«Une catastrophe»: Michel Cymes sur la suspension des activités physiques des enfants pendant la pandémie
Tags:
Covid-19, France, vaccin, Emmanuel Macron, Jean Castex
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook