France
URL courte
Par
83127
S'abonner

Un boulanger bisontin a commencé une grève de la faim pour empêcher l’expulsion de son jeune apprenti guinéen qu’il apprécie beaucoup. Celui-ci a désormais 18 ans et doit quitter la France.

Le patron d’une boulangerie de Besançon (Doubs) est en grève de la faim depuis le 3 janvier pour protester contre l’expulsion d’un adolescent guinéen, relate la Voix du Nord.

Il a pris en contrat d’apprentissage de deux ans, en septembre 2019, ce jeune originaire de Guinée, né en 2002. Mineur isolé, il avait traversé l’Afrique et la Méditerranée pour entrer en France via l’Italie.

L’apprenti s’est montré travailleur, et l’artisan voulait l’engager comme ouvrier au terme de sa formation. Il est donc déterminé à le garder près de lui, précise le média.

Cependant, en novembre, la tutrice du foyer qui suit son apprenti lui a annoncé que, devenu majeur, celui-ci faisait désormais l’objet d’une obligation de quitter le territoire français (OQTF).

Il s’y oppose

Pour contester l’OQTF et le refus d’octroi de titre de séjour par la préfecture de la Haute-Saône, le jeune homme a saisi le tribunal administratif de Besançon. Il a été débouté d’un premier recours en référé en décembre. Son recours sera examiné le 26 janvier.

«J’ai 50 ans, j’ai fait trois embolies pulmonaires en trois ans, mon médecin me dit que je suis fragile, mais je m’en fous, je sais que j’ai raison», dit son patron en grève de la faim qui dénonce «la politique à court terme» du gouvernement. «Ces gamins, on les accueille, les habille, les nourrit, on les forme jusqu’à leur majorité et à 18 ans, plus rien. Ils se retrouvent à la rue, aux mains des passeurs».

À la recherche de soutiens, l’artisan a lancé une pétition sur Internet qui a déjà recueilli près de 125.000 signatures.

Parmi les soutiens se trouve la maire de Besançon, Anne Vignot, qui a écrit au ministre de l’Intérieur, lui demandant de s’«opposer à cette expulsion et de régulariser la situation» du jeune apprenti.

Lire aussi:

Une rencontre entre Parly et son homologue britannique aurait été annulée sur fond de crise des sous-marins
Un homme frappé au sol par un policier lors d'une intervention en Seine-Saint-Denis, ouverture d'une enquête - vidéo
La lettre envoyée par Darmanin à la maison d’édition Nawa
Tags:
Besançon, boulanger, migration
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook