France
URL courte
Par
4418417
S'abonner

Des commentaires haineux, des insultes et des menaces de mort visent certains médecins et chercheurs qui diffusent des informations scientifiques au sujet du Covid-19 sur les réseaux sociaux, indique France info. Les messages agressifs sont devenus plus nombreux avec l’ouverture de débats sur les vaccins contre le virus.

Alors que près de 60% des Français se montrent méfiants envers les vaccins anti-Covid, selon un sondage, des médecins et des chercheurs faisant de la vulgarisation scientifique affirment être pris pour cible avec des insultes et des menaces sur les réseaux sociaux. Certains en ont fait part à France info.

«Les commentaires haineux sont apparus en masse sous mes vidéos traitant du Covid-19», a indiqué Thibault Fiolet, doctorant en épidémiologie à l'université Paris-Saclay, cité par la chaîne de télévision. Ce «torrent d’insultes anonymes» déferle depuis le début de la pandémie.

Ciblés par des «conspirationnistes»

Avec Nathan Peiffer-Smadja, infectiologue à l'hôpital Bichat, il a également réalisé une méta-analyse sur l'hydroxychloroquine, publiée en août. En réaction, tous deux ont reçu «des centaines d'insultes, de messages xénophobes, d'appels téléphoniques anonymes et d'intimidations, y compris des menaces de mort».

Les auteurs de cette étude, présentée comme une «fraude» scientifique dans le documentaire controversé Hold up, sont la «cible constante des conspirationnistes». Le nombre de messages haineux a particulièrement proliféré après la diffusion d’une vidéo sur le fonctionnement des vaccins à base d’ARN.

«Nous sommes accusés de vouloir implanter des nanopuces chez les gens, de vouloir les empoisonner et qu'avec ce vaccin nous voulons les tuer alors que l'hydroxychloroquine ce n'est pas dangereux», expliquent-ils.

Plaintes déposées

Une plainte a été déposée par Thibault Fiolet, alors que celle de Nathan Peiffer-Smadja présentant un dossier de plus de 280 pages avec des captures d’écrans est en cours d’instruction.

Ces attaques proviennent également de médecins, affirme Nathan Peiffer-Smadja.

«J'ai été accusé par le professeur Christian Perronne [démis de ses fonctions à l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris en décembre, ndlr] d'être responsable de milliers de morts, d'avoir des conflits d'intérêts... Je suis également la cible du professeur Éric Chambrière de l'IHU de Marseille avec plus d'une cinquantaine de tweets où il m'insulte», relate-t-il.

Le professeur Chambrière fait cependant l’objet d’une plainte portée par le Conseil national de l’ordre des médecins contre lui et d’autres médecins, dont Didier Raoult.

Menaces de mort

Un médecin généraliste breton, dont le pseudonyme est Docteur Pepper, se dit lui aussi menacé de mort.

«Un type m'insultait depuis des mois sur Twitter. Puis en août, après avoir tenu des propos anti-vaccin, il m'a menacé», a-t-il déclaré à France info.

«La plupart du temps ce sont des insultes que je reçois. Mais là, on voyait qu'il avait fouillé mon compte pour trouver des indices sur ma ville et le procureur a pris au sérieux ma plainte». L’individu en question est poursuivi pour «menaces de mort», a précisé le médecin.

Selon lui, «il y a une accélération [des commentaires haineux] depuis l'arrivée des vaccins dans le débat public. On touche aux croyances des gens et certains deviennent vite agressifs», a-t-il constaté.

D’après un sondage d'Odoxa-Backbone consulting réalisé pour France info ainsi que Le Figaro et publié dimanche 3 janvier, près de six Français sur 10 (58%) ne veulent pas se faire vacciner contre le Covid-19. Cela représente une hausse de 8% par rapport au mois précédent.

Lire aussi:

Les Bleus ont renoncé au dernier moment à mettre un genou à terre au début du match France-Allemagne et voici pourquoi
Les temps forts du sommet Poutine-Biden à Genève
Castex annonce la levée du couvre-feu et la fin du port du masque en extérieur
Tags:
insulte, médecine, chercheurs, Covid-19, vaccin
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook