France
URL courte
Par
9205
S'abonner

Deux hommes se sont présentés au commissariat de l'Est lyonnais quelques heures après une fusillade ayant fait un blessé par balle. Ils ont été placés en garde à vue. L’un d’entre eux avait été candidat aux élections municipales (liste Actes) et métropolitaines (La France insoumise), rapporte Le Progrès.

Peu après la fusillade qui s’est produite mardi dans le quartier Bel-Air de Saint-Priest, deux hommes se sont rendus au commissariat de la communauté de communes de l'Est lyonnais, selon Le Progrès.

Ils ont été placés en garde à vue. L’un de ces individus, Mohamed Djeffal, 23 ans, est connu à Saint-Priest. Il a été candidat aux élections municipales sur la liste Actes et aux élections métropolitaines sur la liste LFI (La France insoumise) en 2020. Pour le moment, son degré d'implication dans la fusillade reste indéterminé.

Déjà connu des services de police

Ce jeudi, l’homme devrait être présenté au parquet de Lyon et pourrait être, avec son complice, mis en examen pour tentative d'assassinat.

Toujours selon Le Progrès, Mohamed Djeffal est déjà connu des services de police. Il a été condamné à six mois de prison fin 2019 pour avoir asséné un coup de poing à un policier et avait ensuite fait appel de sa condamnation.

Fusillade à Saint-Priest

La fusillade a eu lieu le 12 janvier à Saint-Priest, dans le quartier de Bel-Air. Un homme âgé de 45 ans a été grièvement blessé par un tir d'arme à feu. Pris en charge par les secours, son pronostic vital n'est pas engagé.

D’après Le Progrès, la piste d'un différend familial a été évoquée par des témoins.

Lire aussi:

Tous vaccinés contre tous confinés: «il existe une troisième alternative»
La Russie annonce répondre à un déploiement massif de troupes de l'Otan à sa frontière
Ramadan au Maroc: non-musulmans et non-pratiquants réclament la liberté de «dé-jêuner» en paix
«Toutes les personnes qui vont aller se faire vacciner sont des cobayes», lance une députée française
Tags:
fusillade, Lyon, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook