France
URL courte
Par
21346
S'abonner

Si les stations de ski ne rouvrent pas en février, les conséquences seront «dramatiques», indique à franceinfo le maire de La Plagne-Tarentaise (Savoie), Jean-Luc Boch. Les restrictions appliquées pour des «raisons absurdes» mènent à la «mise à mort» de ce secteur qui a «mis 60 ans à se mettre en place».

Suite à une lettre ouverte écrite par Henri Giscard d’Estaing, président du Club Med, appelant le Premier ministre à «sauver» la montagne française du «désespoir», le maire d’une commune savoyarde a évoqué les conséquences dévastatrices des restrictions visant les stations du ski.

«C’est une mise à mort de la montagne française. Elle a mis 60 ans à se mettre en place et on va la tuer en quelques mois. Il ne faut pas penser qu'on s'en sortira indemne, la catastrophe va être présente et il faudra vivre avec», a déclaré sur franceinfo le 17 janvier le maire de La Plagne-Tarentaise, Jean-Luc Boch.

Effondrement économique

Selon l’élu, ce secteur est menacé: «Si nous n'arrivons pas à ouvrir sur la période de février qui représente en général 40% du chiffre d'affaires, cela va avoir des conséquences dramatiques».

Les aides financières ne pourront pas couvrir toutes les pertes, déplore-t-il:

«Le drame va être au niveau des employés, des personnels de stations, on parle de 50.000 à 100.000 personnes qui vont se retrouver minimum au chômage et de dizaine de milliers de commerçants qui auront tout perdu».

À qui la faute?

En répondant à la question de savoir qui est le coupable dans cette situation, le gouvernement ou le Covid-19, Jean-Luc Boch a d’abord pointé le virus puis la nécessité de remettre en cause le système de santé «avec les ARS». 

En l’absence de skieurs, les cabinets médicaux d’altitude «sont en train de mourir parce qu’ils n’ont plus de clients. Dans les vallées, la moitié des hôpitaux n’ont personne», a souligné le maire.

Enfin, les raisons pour lesquelles le gouvernement a appliqué ces mesures ont été qualifiées d’«absurdes» par Jean-Luc Boch: 

«À titre indicatif, la plus grande des stations françaises en capacité intrinsèque est de 25.000 à 30.000 lits. Cela ne représente même pas la moitié d'un petit arrondissement parisien. Où est le brassage de population? En montagne ou dans les grandes villes?».

Et d’ajouter: «Il va falloir que le pragmatisme soit de mise au niveau de notre nation».

Un deuxième hiver difficile

Le gouvernement devra trancher la question de la réouverture des remontées mécaniques le 20 janvier. D’après la lettre de Henri Giscard d’Estaing, les ministres se prononceront non seulement sur «les vacances d'hiver de nos concitoyens», mais «aussi sur la survie de ce remarquable écosystème qui a déjà terriblement souffert  des effets de la pandémie, pour le deuxième hiver consécutif».

Lire aussi:

Décès d'Olivier Dassault dans le crash de son hélicoptère
Attaque au couteau en pleine journée en Corse, plusieurs blessés
Plusieurs explosions en Guinée équatoriale font des centaines de blessés et de nombreux morts – images
La SNCF appelle la police pour neutraliser une bande de jeunes agressant les passagers d’un RER
Tags:
économie, morts, station de ski, restrictions, montagnes
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook