France
URL courte
Par
6116
S'abonner

La municipalité de Rethel (Ardennes) a pris la décision d’organiser un pot de départ pour la sous-préfète Mireille Higinnen-Bier, en poste depuis 2018 et qui terminait ses fonctions. Cette collation d’environ 60 personnes a provoqué la polémique.

Environ 60 personnes ont pris part à une collation organisée par le maire de Rethel (Ardennes) à l’occasion du départ de la sous-préfète Mireille Higinnen-Bier qui occupait son poste depuis 2018, rapporte L’Ardennais.

D’après le quotidien régional, plusieurs hauts responsables du département se sont réunis le 21 janvier dernier dans la salle mise à disposition par la mairie de Rethel: élus, président du Pays rethélois, préfet des Ardennes, procureur de la République. Et ceci en dépit du fait que toute collation en communauté soit interdite depuis le 30 octobre. L’événement n’est pas passé auprès de la population.

«Certains ont même été surpris de ces règles»

Le maire de Rethel a y réagi pour L’Ardennais: «N’y a-t-il donc rien d’autre à commenter en ce moment? Vive la délation, je n’aimerais pas être en temps de guerre.»

Il a aussi tenu à souligner que les règles sanitaires avaient été bien respectées: «Certains ont même été surpris de ces règles. On arrive, on s’assoit, on ne bouge plus. Les tables prévues pour douze n’ont compté que cinq personnes, avec deux mètres de distance entre chacun.»

Interrogé par le quotidien régional, un participant a confirmé ces informations.

«Nous étions assis à cinq autour de tables rondes, à raison d’une dizaine de tables […]. Cela n’a pas duré très longtemps, selon moi, les gestes barrières ont été bien respectés.»

«C’est normal de se dire au revoir»

Pour sa part, le préfet des Ardennes a tenu à souligner que le pot de départ était une tradition importante:

«On se doit d’être respectueux envers la représentante de l’État qui nous a épaulés pendant trois ans. Nous n’étions pas toujours d’accord, mais c’est normal de se dire au revoir. Ce n’était pas une boum à 300 invités».

Lire aussi:

Risque de guerre civile: «La situation est bien plus grave que ce que les gens imaginent», selon Me de Montbrial
Une jeune femme violée dans le métro parisien, son agresseur déjà arrêté 11 fois pour des infractions sexuelles
Un sondage donne la personnalité politique préférée des Français
Tags:
Covid-19, Ardennes, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook