France
URL courte
Par
83913
S'abonner

Des tags ont été découverts sur le mémorial de la Shoah à Paris dans la nuit de mardi à mercredi, en prévision d’une cérémonie commémorant les victimes de l’Holocauste. Les inscriptions étaient censées interpeller les élus sur la répression des Ouïghours en Chine.

Des graffitis sont apparus dans la nuit du 26 au 27 janvier aux alentours de minuit sur le mémorial de la Shoah à Paris, rapporte Le Point. Ce mercredi devait se tenir une cérémonie à l'occasion de la Journée internationale en mémoire des victimes de l'Holocauste, en présence de la maire de Paris Anne Hidalgo et de plusieurs ministres.

«Uighurs 2021 = Juifs 1941» et «Uighurs lives matter» ont été écrits sur une longueur de près de dix mètres. Les tags ont rapidement été effacés, témoignent des internautes.

​L'antisémitisme n’y est pour rien

«Ce ne sont pas des tags antisémites. L'auteur des tags a voulu dénoncer le génocide des Ouïghours, cette ethnie minoritaire musulmane qui fait l'objet d'une répression sanglante en Chine», indique au Parisien Sammy Ghozlan, président du Bureau national de vigilance contre l'antisémitisme.

Les caméras de vidéosurveillance ont repéré un individu à bicyclette en train de taguer ces inscriptions sans descendre de son vélo. L’action n’a pris que quelques minutes. Son casque et un tour de cou relevé rendent difficile son identification.

Le Conseil représentatif des institutions juives de France ne compte pas porter plainte pour ces dégradations, précise Le Parisien.

Lire aussi:

Une rixe dans le Val-de-Marne, un adolescent de 14 ans serait entre la vie et la mort
Jean-Jacques Bourdin «profondément affecté» par son éviction de la matinale de RMC
Le fossé se creuse entre Bruxelles et Orban: «on n’attend pas que l’UE nous dise ce qu’on a le droit d’utiliser»
Tags:
Chine, ouïghours, Paris, Holocauste
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook