France
URL courte
Par
9218
S'abonner

Le tapis de Claude Lévêque ornant l’un des salons élyséens «sera très certainement retiré», selon la ministre de la Culture. L’œuvre a pris une connotation dérangeante suite aux révélations du Monde visant l’artiste accusé de «viols et agressions sexuelles sur mineurs».

À la suite des accusations de «viols et agressions sexuelles sur mineurs de moins de 15 ans» visant Claude Lévêque, un tapis du célèbre plasticien pourrait être retiré du palais présidentiel, a fait savoir le 27 janvier la ministre de la Culture Roselyne Bachelot, dans une interview sur la chaîne Public Sénat.

Le tapis de laine baptisé Soleil noir représente un lustre. C’est, les pieds sur ce tapis, qu’Emmanuel Macron a donné la première grande interview de son quinquennat en 2017. Or, depuis l’éclatement du scandale de pédophilie, cette décoration a pris une connotation dérangeante.

«Je pense que [le tapis Soleil noir, ndlr] sera très certainement retiré étant donné l’aspect emblématique de la présidence de la République», estime la ministre de la Culture.

Des œuvres qui quittent la lumière

Expositions et œuvres signées Claude Lévêque commencent à être annulées et retirées un peu partout. Ainsi, la ville de Montreuil a décidé ce 28 janvier d'éteindre l’installation lumineuse «Modern Dance» du plasticien qui s'articule autour du château d'eau de Bel-Air.

Le 26 janvier, le conseil régional des Pays de la Loire a annoncé le retrait de l'installation «Mort en été» de l'exposition permanente de l'Abbaye royale de Fontevraud jusqu'à ce que la justice fasse la lumière sur les accusations de «viols et agressions sexuelles sur mineurs» dont fait l'objet son auteur, rapporte RTL.

La municipalité de Montrouge doit également prendre une décision sur l’une de ses œuvres qui surmonte le beffroi de la ville, indique la BFM TV.

Les accusations de viol

Claude Lévêque est accusé par Laurent Faulon d'avoir abusé de lui et de ses deux frères alors mineurs dans les années 1980. Les faits ont été dévoilés par Le Monde après que le sculpteur genevois a décidé de parler à la presse pour «accélérer l’enquête».

M.Faulon a en fait signalé ces agissements dans une lettre adressée au procureur de Bobigny en février 2019, entraînant l’ouverture d’une enquête au printemps de la même année.

Lire aussi:

Netanyahou accuse l'Iran de l'attaque d'un navire israélien et promet de riposter
Trump évoque «la catastrophe énergétique» aux USA et la dépendance au pétrole russe sous Biden
«J’ai déjà fait barrage, cette fois c’est fini»: la Une de Libération sur le RN indigne la majorité
Tags:
pédophilie, viol, tapis, Elysée
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook