France
URL courte
Par
Controverse autour de la loi «Sécurité globale» (55)
1610720
S'abonner

La capitale et d'autres villes françaises accueillent ce samedi 30 janvier des rassemblements, dont certains sont liés au mouvement des Gilets jaunes, pour dénoncer la loi Sécurité globale.

Nouvelle journée de mobilisation dans des dizaines de villes françaises, dont Lyon, Lille, Nantes, Rennes, Strasbourg, Montpellier, Toulon et Nice. Les manifestants, parfois des Gilets jaunes, s'érigent contre l'article 24 du texte de loi Sécurité globale qui vise à pénaliser la diffusion d'images qui pourraient nuire aux membres des forces de l'ordre.

Le cortège de Paris, à l'appel du Syndicat national des journalistes (SNJ), s'élance depuis la place de la République à 13h00.

  • Une nouvelle manifestation contre la loi Sécurité globale se tient à Paris le 30 janvier
    Une nouvelle manifestation contre la loi Sécurité globale se tient à Paris le 30 janvier
    © Sputnik
  • Une nouvelle manifestation contre la loi Sécurité globale se tient à Paris le 30 janvier
    Une nouvelle manifestation contre la loi Sécurité globale se tient à Paris le 30 janvier
    © Sputnik
  • Une nouvelle manifestation contre la loi Sécurité globale se tient à Paris le 30 janvier
    Une nouvelle manifestation contre la loi Sécurité globale se tient à Paris le 30 janvier
    © Sputnik
  • Une nouvelle manifestation contre la loi Sécurité globale se tient à Paris le 30 janvier
    Une nouvelle manifestation contre la loi Sécurité globale se tient à Paris le 30 janvier
    © Sputnik
  • Une nouvelle manifestation contre la loi Sécurité globale se tient à Paris le 30 janvier
    Une nouvelle manifestation contre la loi Sécurité globale se tient à Paris le 30 janvier
    © Sputnik
1 / 5
© Sputnik
Une nouvelle manifestation contre la loi Sécurité globale se tient à Paris le 30 janvier

Y participent également des artistes et des musiciens venus dénoncer la fermeture des lieux culturels et «proclamer la liberté de créer, d'exercer, de jouer pour un public résolument vivant».

Le gouvernement défend l'article 24, le présentant comme une mesure protégeant les policiers victimes d'appels à la haine et au meurtre sur les réseaux sociaux.

Une heure avant le couvre-feu les forces de l'ordre ont tenté de disperser la foule, mais quelques dizaines de manifestants sont restés place de la République, certains ont jeté des bouteilles et d'autres objets sur la police. Les agents ont recouru aux canons à eau.

Dans la soirée, le ministère de l'Intérieur a fait état de 32.770 manifestants sur l'ensemble du territoire dont 5.050 à Paris.

Selon BFM TV, quatre manifestations au total ont été prévues dans la capitale: l'une de Nation à République, l'action du SNJ, une autre devant le siège du laboratoire Pfizer, sans oublier celle à laquelle a appelé une personnalité appartenant aux Gilets jaunes, Sophie Tissier, qui a invité à venir battre le pavé dès 10 heures.

Le déploiement de plus de 50 unités de force mobile (UFM) a été envisagé par le préfet de police de Paris, affirme la chaîne. Le dispositif policier a été réduit vu que la participation aux actions devrait être plus modeste qu'attendue.

Dossier:
Controverse autour de la loi «Sécurité globale» (55)

Lire aussi:

Un film américain anti-avortement diffusé par C8 suscite une polémique, deux doubleurs refusant de participer
Une voiture percute une terrasse à Paris, faisant au moins un mort et plusieurs blessés
Pagaille au parlement italien après que des députés se sont insurgés contre le pass sanitaire - vidéo
Tags:
manifestation, loi Sécurité globale, Paris
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook