France
URL courte
Par
18506
S'abonner

Nicolas Bedos a annoncé quitter les sociaux, porteurs d’une violence à laquelle il admet s’être lui-même laissé aller. L’acteur et réalisateur avait partagé plusieurs messages polémiques sur les plateformes sociales ces derniers mois.

Nicolas Bedos a décidé de mettre un terme à ses activités sur les réseaux sociaux, pour mieux se consacrer à son travail, comme il l’a annoncé par un message sur Twitter et Instagram.

Le fils de Guy Bedos, affecté par le décès de ses parents, a admis que les plateformes sociales lui avaient servi ces derniers temps d’exutoires, pour exprimer ses «rancœurs personnelles et colères impulsives».

S’il reconnaît que les réseaux peuvent constituer une «tribune plus ou moins efficace» pour dénoncer le politiquement correct, l’acteur-réalisateur se dit lassé de la violence qui s’y exprime aussi.

«Aujourd’hui, conscient des limites de l'expression directe et de la perversion médiatique qu’elle provoque, j’ai décidé de quitter les réseaux sociaux […] J'ai goûté à cette violence et je l'ai détestée», explique-t-il ainsi dans son message.

Polémiques sur la pandémie

Nicolas Bedos avait soulevé plusieurs controverses sur les réseaux sociaux ces derniers mois, notamment à propos de la pandémie de Covid-19. Sur Instagram, il avait ainsi appelé à ignorer les «lâches directives gouvernementales» et à «vivre à fond», critiquant le port du masque et le confinement.

Suite à la polémique soulevé par ses propos, l’humoriste avait déjà songé à prendre du recul avec les réseaux sociaux.

Aux premières heures de la pandémie, il avait également été critiqué pour une plaisanterie sur les personnes asiatiques, faite sur Instagram.

Lire aussi:

Un policier reçoit un coup de couteau à Ivry-sur-Seine - vidéo
Des centaines de Parisiens réunis pour une nouvelle manifestation contre le pass sanitaire – vidéos
Une météorite explose au-dessus de la Turquie ravagée par les incendies – vidéos
Tags:
Nicolas Bedos, réseaux sociaux, Instagram, Twitter, politiquement correct
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook