France
URL courte
Par
11257
S'abonner

La situation sanitaire risquant de durer plusieurs années, le confinement n’est pas la bonne solution vu les dégâts économiques et psychologiques, et il faut apprendre à vivre avec, a déclaré Thierry Mariani sur CNews. Il appelle ainsi à revisiter la gestion de l’épidémie en France et ce alors que d’autres pays «s’en sortent mieux».

Commentant la gestion de la crise sanitaire en France, l’eurodéputé Thierry Mariani affirme qu’il faudra trouver d’autres solutions que le confinement si le virus persiste.

Comme la pandémie risque «très probablement» de durer plusieurs années, «on n’a pas d’autres solutions que d’apprendre à vivre ensemble», estime-t-il sur le plateau de CNews.

«On ne peut pas confiner en permanence. Je rappelle que l’année dernière, le PIB s’est contracté de 8,3%. C’est une catastrophe jamais arrivée depuis longtemps. On voit des dégâts psychologiques humains qu’engendre ce virus. Il faut aujourd’hui qu’on apprenne à vivre avec».

Le discours de Macron mis à mal

M.Mariani est également revenu sur les propos d’Emmanuel Macron concernant la gestion de l’épidémie qui a évoqué «les bons choix» faits «aux bons moments» lors de la présentation de ses vœux de fin d’année.

Mais l’eurodéputé n’est pas de cet avis et cite l’analyse des réponses à la pandémie de près d’une centaine de pays réalisée par l’institut australien Lowy. Dans ce classement, la France est 73e sur 98.

Par ailleurs, il appelle à étudier les raisons pour lesquelles les voisins de la France comme l’Italie et la Suisse «s’en sortent beaucoup mieux»:

«Il faut plutôt se poser la question pourquoi la France n’en sort pas?»

Lire aussi:

Deux voleurs s’accroupissent derrière un caddie pour se cacher de la police à Toulouse
Le prototype Starship de SpaceX réussit son atterrissage, puis explose
Un policier renversé et projeté au sol après avoir voulu contrôler un individu à motocross à Lyon
Tags:
virus, pandémie, Emmanuel Macron, confinement, Thierry Mariani
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook