France
URL courte
Par
351265
S'abonner

Accusé par Marlène Schiappa de «se coucher devant les dealers» après avoir fermé une crèche à cause de trafiquants, le maire de Grenoble Éric Piolle lui a répondu indirectement sur France Inter en demandant à Macron de «tenir ses ministres». Des propos qui ont à nouveau fait réagir la ministre déléguée à la Citoyenneté sur Twitter.

La querelle se poursuit entre le maire écologiste de Grenoble Éric Piolle et la ministre déléguée à la Citoyenneté Marlène Schiappa. Début janvier, l’édile avait pris la décision de fermer temporairement une crèche de sa commune en raison de la présence de trafiquants de drogue à proximité. Deux semaines plus tard, Mme Schiappa l’accusait de «se coucher devant les dealers». Il lui a répondu ce 3 février au micro de France Inter.

M. Piolle dénonce d’abord la «politique de laxisme» du gouvernement, déplorant «l'impuissance de la République face aux trafics de drogue». Sans nommer Marlène Schiappa, il lance ensuite «le Président de la République devrait tenir ses ministres. Aucun ministre ne peut parler comme ça à un élu local, quel qu'il soit».

Son intervention fait également référence aux attaques du ministre de l’Intérieur qui avait critiqué son «angélisme» en août dernier. «J'avais déjà eu des mots de soutien très forts de François Baroin et d'autres, quand Gérald Darmanin s'était exprimé cet été. Je crois qu'il faut que les ministres se tiennent dans le débat», poursuit-il.

Réponse de Schiappa

Marlène Schiappa a répondu le jour même sur Twitter, soulignant une «vilaine expression» qu’elle juge sexiste. «On ne “tient” pas un être humain. Dirait-il cela d’un ministre homme?», interroge-t-elle. 

Lire aussi:

Le Drian assure sans plaisanter envisager une frappe nucléaire russe sur l’Europe
Louboutin prend ses distances avec Assa Traoré, assurant qu'elle n'est pas une «égérie»
Une personne vaccinée peut-elle être considérée comme cas contact?
Que pensent les Français d’une éventuelle conquête par le RN d’une ou plusieurs régions?
Tags:
crèche, dealer, sexisme, Grenoble, maire, Marlène Schiappa
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook