France
URL courte
Par
412336
S'abonner

Une étudiante niçoise vivant avec 220 euros par mois interpelle Emmanuel Macron via LinkedIn. Un appel à l’aide lancé au nom de tous les étudiants qui se trouvent dans une situation précaire.

Romane Deshayes, 20 ans, étudiante en développement commercial à l'école Pigier de Nice, a publié sur LinkedIn un message de détresse adressé à Emmanuel Macron, mettant en lumière les problèmes des étudiants pendant la crise économique.

«Les étudiants sont en train de mourir… À l’aide», écrit-elle.

Touchée de plein fouet par la crise économique provoquée par le coronavirus, l’étudiante en licence en alternance ne touche que 780 euros, dont 560 partent dans son loyer.

«Dites-moi comment je peux me nourrir et payer tous les frais quotidiens de la vie», renchérit la jeune femme qui a oublié ce que l’expression «se faire plaisir» veut dire.

Rien d’étonnant, car il lui reste 220 euros pour l’essence, le péage, aller travailler en entreprise, faire ses courses, payer assurance maison et voiture, et forfait téléphonique et Internet obligatoire pour suivre ses études à distance.

Demande d’aide pour tous les étudiants

Selon les informations de France Bleu, le message publié il y a une semaine a été partagé plus de 39.000 fois en quelques jours.

L’étudiante a confié à la radio que son appel à l’aide était «aussi pour tous les autres étudiants qui sont en situation de précarité».

«Il y a plein de messages d'étudiants et d'étudiantes qui me donnent des conseils, des bons plans. Je leur réponds, je leur en donne aussi. Ça fait plaisir, on se serre les coudes. C'est important de s'aider entre jeunes, on comprend ce qu'on vit et on voit qu'on n'est pas seul. Psychologiquement, ça fait du bien», commente Romane à la radio, précisant qu’elle a créé un groupe d’entraide pour les étudiants sur le réseau social.

Lire aussi:

Le Drian assure sans plaisanter envisager une frappe nucléaire russe sur l’Europe
«Je vais tous vous crever»: appelés pour des violences conjugales, des policiers se font tirer dessus
Louboutin prend ses distances avec Assa Traoré, assurant qu'elle n'est pas une «égérie»
Un homicide frappe le Havre, la compagne en garde à vue
Tags:
précarité, étudiants, Emmanuel Macron
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook