France
URL courte
Par
475250
S'abonner

L’ancienne garde des Sceaux de Nicolas Sarkozy Rachida Dati estime que le projet de loi contre le séparatisme est insuffisant et propose de revoir «la politique de peuplement de certains territoires» français.

Le projet de loi censé combattre le séparatisme en France ne s’attaque pas aux «causes profondes» du problème qu’il prétend résoudre, estime l’ex-candidate LR à la mairie de Paris Rachida Dati.

«Le séparatisme se nourrit de deux choses: de l’islamisme politique radical qui est profond, qui est ancré et qui est ancien. Il se nourrit aussi d’une ségrégation territoriale dont personne ne veut entendre» parler, a expliqué Mme Dati sur le plateau d’Apolline de Malherbe, le rendez-vous.

Les autorités devraient ainsi «revoir profondément la politique de peuplement de certains territoires», a-t-elle insisté tout en déplorant le fait que la France «est passée d’une délinquance violente -vous savez, les violences urbaines, les voitures brûlées- à une délinquance extrêmement silencieuse, qui arrangeait tout le monde».

Les «territoires perdus de la République»

D’après l’ancienne garde des Sceaux de Nicolas Sarkozy, l’assassinat de Samuel Paty en octobre a constitué un tournant pour le pays. «Moi je pense qu’on est à un moment où la France est profondément fracturée».

«Il faut revoir les méthodes d’apprentissage […]. Je pense qu’on n’enseigne pas au lycée Victor-Duruy, dans le 7e arrondissement, de la même manière que dans d’autres établissements scolaires dans certains territoires perdus de la République», a souligné Mme Dati.

Elle a également jugé nécessaire d’interdire le voile aux enfants afin de «sanctuariser des endroits dans les services publics».

Lire aussi:

Attention à une escroquerie avec le permis de conduire qui se répand 
Une rave party de plus de 1.000 fêtards dégénère à Redon: un homme perd sa main - images
Financement libyen: après avoir violé son contrôle judiciaire, Mimi Marchand incarcérée
Tags:
port du voile, séparatisme, Samuel Paty, France, Rachida Dati
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook