France
URL courte
Par
5445
S'abonner

À l’occasion des Journées mondiales sans téléphone portable, Franceinfo a recueilli le témoignage de Jean-Noël Lafargue, expert en technologie qui n’a pourtant jamais souhaité acheter de téléphone mobile.

Certains ne peuvent plus s’en passer, d’autres ont choisi de l’éviter. Selon le dernier baromètre du Numérique, 95% des Français sont équipés d’un téléphone mobile (99% des 18-39 ans et 86% des 70 ans et plus). Jean-Noël Lafargue, 52 ans, fait partie de cette personne sur 20 qui vit sans cet appareil, et il l’a fait par choix. Il enseigne pourtant dans les nouveaux médias et développe des applications.

«Quand les gens commençaient à s’équiper de téléphones, moi j’étais déjà sur Internet», raconte-t-il sur Franceinfo, précisant qu’il n’a «pas l'impression d'être en résistance face à quelque chose».

L’une des raisons qu’il évoque est de pouvoir être «dans ses pensées» et de «ne pas être connecté à quelque chose» en se baladant. «Disparaître un peu du radar, c’est agréable et c’est peut-être un luxe aujourd'hui», confie-t-il au média.

Adaptation

Il reconnaît toutefois qu’être dépourvu de cet outil de communication apporte son lot d’inconvénients. «On est de plus en plus entravés», affirme-t-il. Quelques adaptations sont nécessaires, notamment lorsqu’il s’agit de rencontrer quelqu’un: «Je suis obligé d’être ponctuel, mais ça oblige mes correspondants à être ponctuels eux aussi».

Résidant à Paris, il affirme qu’un des problèmes principaux est le digicode.

«Parce que quand on est invité à une soirée à Paris, les gens s’attendent à ce qu'on soit devant leur porte et qu'on les appelle pour demander le digicode. C’est donc à moi de penser à le demander à l’avance», explique-t-il.

Journées mondiales sans portable

Les 6, 7 et 8 février 2021 marquent les Journées mondiales sans smartphone et sans téléphone portable, 20 ans après la première du 6 février 2001 créée par l’écrivain Phil Marso. Lors de cette période, il ne s’agit pas d’éteindre son appareil pendant trois jours, mais d’apprendre à en maîtriser l’utilisation.

Pour la 21e édition, son fondateur souhaite mettre l’accent sur la surconsommation des applications. «Les télécharger sur notre propre smartphone, pour nous rendre la vie plus facile au quotidien, ne nous fait-il pas perdre en autonomie finalement?», interroge-t-il sur son site.

Lire aussi:

«Je ne suis pas un tueur»: le Premier ministre slovaque refuse le renvoi du vaccin russe Spoutnik V
Nouvelle nuit de violences urbaines en banlieue lyonnaise, plus d’une dizaine de voitures incendiées – images
Risque de guerre civile: «La situation est bien plus grave que ce que les gens imaginent», selon Me de Montbrial
Tags:
Paris, témoignage, technologies, smartphones, portable
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook