France
URL courte
Par
7359
S'abonner

Alors que les autorités françaises affirment essayer de tout faire pour éviter un nouveau confinement, le docteur Jean-Paul Hamon a attiré l’attention, invité sur le plateau de l’émission Punchline, sur le fait que c’est «une épidémie de gens déprimés» qui arrive.

«On ne va pas avoir une épidémie de Covid-19 mais une épidémie de gens déprimés», a avancé Jean-Paul Hamon, président d'honneur de la Fédération des médecins de France (FMF), invité sur le plateau de l’émission Punchline ce 10 février.

Selon lui, le pari qu’Emmanuel Macron a fait est «risqué», en ce qui concerne la possibilité d’un nouveau confinement et la récente prolongation de l’état d’urgence en France jusqu’au 1er juin. Mais il estime que les autorités françaises ont fait des calculs, en prenant en compte le fait que la circulation du virus dans les eaux usées diminuait depuis une quinzaine de jours, ce qui, d’après lui, «précède toujours une baisse des cas dans les 15 jours qui suivent», ainsi que des vacances scolaires.

Lors de cette période, les jeunes qui semblent plus souvent frappés par le nouveau variant britannique du coronavirus vont circuler moins, estime le médecin, qui suggère que cela peut aussi impacter la diminution de la circulation du virus.

Toutefois, il exprime son espoir que le gouvernement ait entendu la voix des gens qui sont en dépression. Jean-Paul Hamon a évoqué notamment son expérience, en soulignant que «dans les consultations, on voit le moral qui est en vrille».

Il met en garde contre «une épidémie de gens déprimés, de gens qui sont au bord du suicide».

Prolongation de l’état d’urgence

Le 9 février, l’Assemblée nationale a adopté le projet de loi prorogeant l'état d'urgence sanitaire jusqu’au 1er juin. Les députés ont adopté le projet de loi de prorogation par 278 votes pour, 193 contre et 13 abstentions. Mis en place en mars 2020 face à l'épidémie de Covid-19, l'état d'urgence sanitaire est la base notamment du couvre-feu national à 18h00. Ensuite, l'urgence sanitaire qui a été en vigueur jusqu’au 10 juillet 2020 a été réinstaurée le 17 octobre. Étant encore prorogé par le parlement jusqu'au 16 février.

Lire aussi:

«Ça ne suffit pas»: les autorités exhortent les soignants à se faire vacciner «très rapidement»
Une jeune femme violée dans le métro parisien, son agresseur déjà arrêté 11 fois pour des infractions sexuelles
Après le Covid, le chaos social? Le FMI s'inquiète pour la France
Tags:
épidémie, confinement, Covid-19, France, médecine
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook