France
URL courte
Par
24275
S'abonner

«La sincérité de son engagement ne fait aucun doute pour nous qui avons travaillé avec lui au quotidien». Dans un communiqué, les collègues du professeur de philosophie Didier Lemaire, menacé de mort et sous protection policière, lui ont adressé leur plein soutien.

Les enseignants du lycée de La Plaine de Neauphle à Trappes ont rédigé un communiqué dans lequel ils soutiennent leur collègue, le professeur de philosophie Didier Lemaire, qui va quitter l’Éducation nationale, et demandent «que cessent les intrusions d’élus et le harcèlement médiatique» dont ils «font l’objet».

​D’après les enseignants, ils se sont engagés collectivement, dès le mois de novembre, «dans une réflexion suivie d’actions à court et moyen terme pour mieux expliquer encore, au sein de notre établissement, les valeurs de la République».

«Notre collègue Didier Lemaire s’est exposé à titre personnel pour défendre nos élèves contre l’emprise du radicalisme, emprise dont nous percevons régulièrement les échos. La sincérité de son engagement ne fait aucun doute pour nous qui avons travaillé avec lui au quotidien», écrivent-ils.

«Récupération politique»

Ces collègues ont aussi dénoncé «la récupération politique actuelle dont notre lycée fait l’objet» qui est, selon eux, «profondément insupportable et doit immédiatement cesser».

«L’utilisation d’un lieu d’éducation à des fins politiques va exactement à l’encontre de ses objectifs, à savoir permettre aux élèves de devenir des citoyens libres, maîtres de leur destin», indique également le communiqué.

Les enseignants estiment que «les interventions politiques ne font qu’exacerber les tensions». Ils expliquent que les élèves «qui ont une vision apaisée d’un islam républicain se trouvent mis sous pression» et que ceux qui trouvent «dans la situation actuelle un avantage tirent les fruits d’une situation qui favorisent leurs visées et les met en position de force».

«Nous n’avons pas attendu le battage médiatique de ces derniers jours pour engager une réflexion de fond sur notre lycée, nos pratiques et le meilleur moyen d’atteindre nos objectifs», ont-ils résumé.

«Protection rapprochée»

En novembre 2020, Didier Lemaire a publié une lettre ouverte afin de dénoncer le manque de stratégie de l'État face à l'islam politique. Récemment, dans un entretien au Point, il a confié se rendre au lycée sous protection policière. M.Lemaire a aussi qualifié la ville de Trappes de «définitivement perdue», en constatant des tentatives d’intimidation ciblant certains habitants.

Le maire Ali Rabeh a déclaré vouloir porter plainte pour diffamation. Le préfet des Yvelines a lui aussi réagit: Jean-Jacques Brot a annoncé au Monde être «inquiet» des «outrances et de certaines inexactitudes» du professeur. Celui-ci fait ainsi preuve d’irresponsabilité et «met de l’huile sur le feu».

Le 11 février, le ministre de l'Intérieur a confirmé lui avoir proposé une «protection rapprochée» depuis qu'il a défendu Samuel Paty dans la lettre en question. Cette protection est assurée par le Service de la protection (SDLP), chargé d’assurer la sécurité des dirigeants et des personnalités menacées.

Lire aussi:

Une rave party de plus de 1.000 fêtards dégénère à Redon: un homme perd sa main - images
Financement libyen: après avoir violé son contrôle judiciaire, Mimi Marchand incarcérée
Stade comble, adversaire coriace: ce qu’il faut savoir sur le match opposant les Bleus aux Hongrois
Tags:
menace de mort, islam, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook