France
URL courte
Par
14637
S'abonner

Face au grand nombre de rendez-vous de vaccination pris en ligne, des soignants de Seine-Saint-Denis tentent de contrer la fracture numérique en réservant davantage de créneaux pour les personnes moins connectées et défavorisées. Mais cette méthode n’est pas au goût du préfet, informe Libération.

Une politique des chiffres au détriment d’un accès équitable à la vaccination? C’est ce que dénoncent des médecins de Seine-Saint-Denis dans Libération, dont une enquête fait état de véritables disparités en la matière. Alors que Macron avait promis de proposer un vaccin à «tous les Français qui le souhaitent», les populations les plus aisées semblent favorisées.

En cause, Internet semble être le meilleur moyen pour obtenir un rendez-vous.

«Ces réservations en ligne sont déjà un peu contre-intuitives pour les plus de 75 ans, mais c’est carrément un non-sens pour les populations précaires de notre département», déplore le Dr Fabrice Giraux, du centre de vaccination d’Aubervilliers.

«Actuellement, ce sont les personnes âgées les plus éduquées, les plus informées, familières d’Internet et des nouvelles technologies qui tirent avantage de ce système», explique-t-il. Ainsi, en janvier, des centres de vaccination du 93 ont décidé de dédier un quota de places pour les rendez-vous par téléphone pour «faire contrepoids aux réservations en ligne».

Le mail du préfet

Toujours selon Libération, le préfet de Seine-Saint-Denis Georges-François Leclerc a noté un manque de rendez-vous en ligne, en particulier sur la plateforme Doctolib, l’une des trois choisies par le gouvernement pour ce type de service. Dans un mail envoyé aux maires du département, il leur réclame d’allouer davantage de rendez-vous sur cette dernière.

«Il me paraît tout simplement inconcevable que ce département n’ouvre pas de rendez-vous sur Doctolib en février et mars», a-t-il souligné.

Et de conclure: «Je vous remercie donc de noter que je tirerai toutes les conséquences dans mes arbitrages ultérieurs, de l’absence de nouveaux rendez-vous».

Égalité des chances

«Ce mail est scandaleux et infantilisant. On se défonce sur le terrain pour faire marcher les choses et ne pas oublier les habitants vulnérables de nos territoires», s’est indigné un responsable de centre vaccinal. «Le contexte devient légèrement autoritaire», commente l’un de ses collègues.

«Tant qu’ils peuvent annoncer un nombre toujours plus important de personnes vaccinées et de rendez-vous calés, tout va bien. Ils n’ont aucune considération pour la logique de soins et d’égalité des chances», renchérit un autre.

Sollicitée par le journal, l’ARS affirme sa volonté de vouloir «atteindre tout le monde et par plusieurs moyens». Elle demande aux centres de ne pas «tomber dans le travers» en ouvrant trop de rendez-vous pour les populations locales; un des points soulignés par les centres de banlieue était la forte présence de Parisiens.

En réaction, l’agence a décidé d’ouvrir dès ce lundi un centre de vaccination à Bobigny dédié aux populations plus vulnérables du département.

 

Lire aussi:

Une jeune femme violée dans le métro parisien, son agresseur déjà arrêté 11 fois pour des infractions sexuelles
Un prévenu pakistanais exhorte un juge à lui «donner» sa «promise» de 14 ans contre son gré
Scènes de violences urbaines à Lyon entre la police et des habitants d'un quartier – vidéos
Tags:
personnes âgées, inégalité, préfecture, Seine-Saint-Denis, vaccination
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook