France
URL courte
Par
0 187
S'abonner

Les autorités municipales de Moreuil, dans la Somme, ont décidé d’instaurer une amende pour pénaliser les parents qui récupèrent trop tard leurs enfants à la garderie périscolaire. Les retardataires devront verser de 5 à 50 euros.

Les parents qui ne viennent pas chercher leurs enfants à l’heure à la garderie périscolaire de Moreuil, dans la Somme, se verront infliger une amende, rapporte France Bleu.

Cette mesure devrait entrer en vigueur prochainement, après la validation de la sous-préfecture. Elle a été lancée après que plusieurs gros retards ont été constatés, obligeant le personnel à rester plus longtemps, indique le média.

La source précise que les parents qui ont 15 minutes de retard devront débourser 5 euros, puis 10 euros pour une demi-heure, et 50 euros pour une heure, poursuit la radio.

Certains parents comprennent la mesure, par respect pour les personnels de la garderie. Mais certains sont hostiles à cette décision.

«C'est scandaleux d'en arriver là, s’est indignée une mère, après, bien sûr, je pense qu'il y a des gens qui doivent en profiter, mais je trouve ça quand même extrême».

Une tentative de dissuasion

Cité par France Bleu, le maire de Moreuil, Dominique Lamotte, espère ne jamais avoir à utiliser cette nouvelle mesure, mais, selon lui, il fallait une décision forte après plusieurs gros retards.

«Je suis sûr que ça va très bien se passer et sincèrement, on ne table pas là-dessus pour faire des recettes supplémentaires dans le budget de la commune. C'est vraiment pour faire prendre conscience qu'il faut respecter, dans la mesure du possible, les horaires qui ont été fixés», a-t-il expliqué.

Lire aussi:

Deux voyous filmés alors qu’ils incendient une voiture de police à Mulhouse - vidéo
Ivan Rioufol: «le discours totalement anxiogène» du gouvernement sur le Covid-19 a «abruti» les Français - vidéo
La photo d’un repas proposé dans un Ehpad du Finistère fait polémique
Tags:
parents, maire, amende, enfants, Somme, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook