France
URL courte
Par
6475199
S'abonner

Europe 1 a fait état d’un «coup de gueule» qu’Emmanuel Macron a poussé en plein conseil de défense sanitaire. Selon la radio, le Président de la République a été contrarié en apprenant qu’une femme testée positive était arrivée en France sans encombre.

Comme le rapporte Europe 1, un fait remonté aux oreilles du Président l’a particulièrement contrarié pendant le dernier conseil de défense sanitaire.

Il s’agit du voyage qu’a réussi à faire une femme ayant un test PCR positif. Selon les informations de la radio, cette Haïtienne disposant d’un titre de séjour français a pris l’avion pour venir à Madrid, où elle est montée dans un autre avion pour Bruxelles afin d’arriver finalement à Paris à la Gare du Nord. Un périple qu’elle a réalisé sans problème, toujours selon la même source.

Cet incident dévoile la négligence de certaines compagnies aériennes, poursuit la radio, puisque pour arriver en France il faut obligatoirement avoir un test PCR négatif de moins de 72 heures. 

Cependant la personne contagieuse a été immédiatement placée à l’isolement en France, preuve que, selon un conseiller de l’exécutif, «les contrôles dans les gares [françaises], c’est efficace».

Un «coup de gueule» contre les scientifiques

Le 3 février, se prononçant lors d’un conseil de défense sanitaire, le Président aurait déjà poussé «un coup de gueule» contre les scientifiques qui lui avaient proposé le confinement en tant que solution, selon Le Canard enchaîné.

«J’en ai marre de ces scientifiques qui ne répondent à mes interrogations sur les variants que par un seul scénario: celui du reconfinement», se serait-il exclamé.

Lire aussi:

Castex: «Il faut tout faire pour retarder le confinement»
«Sur les plans diplomatique et militaire, l’UE ne peut absolument pas être prise au sérieux»
Castex annonce la mise en «surveillance renforcée» de 20 départements, l'ensemble des Franciliens concernés
Tags:
pandémie, Gare du Nord (Paris), contrôles, Covid-19, Emmanuel Macron
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook