France
URL courte
Par
102712
S'abonner

Une enquête a été ouverte et confiée à l’IGPN après qu’un participant à une fête clandestine a été blessé à l’œil par une grenade lors de l'intervention de la police.

Une fête clandestine qui avait réuni en novembre dernier, durant le second confinement, environ 300 personnes, dont un étudiant parisien, a mal tourné pour ce dernier.

Lors de cette soirée qui se déroule à Joinville-le-Pont, dans le Val-de-Marne, les policiers interviennent pour tapage nocturne et rixe à l'intérieur d’un domicile et font usage de grenades de désencerclement. Le jeune homme dit avoir vu un engin arriver à ses pieds. L’instant d’après, il a l’œil en sang, mais il parvient à sortir.

«J'ai demandé aux policiers d'appeler les pompiers, mais ils m'ont répondu de me dém*rder... Son collègue m'a répondu: "Il te reste un œil"», témoigne-t-il devant France 3.

Son ami appelle les pompiers et le blessé est emmené à l’hôpital. C’est ici qu’il apprend que son œil droit est condamné et qu’il est opéré dans la nuit pour sauver l’autre.

Enquête confiée à l’IGPN

Aujourd’hui, le jeune homme porte plainte pour violences volontaires en réunion par dépositaire de l’autorité publique avec usage d’armes.

«Les policiers, eux reconnaissent l’usage de grenades de désencerclement, après avoir été pris pour cible dans le loft», déclare pour sa part l’avocat de l’étudiant.

Une enquête a été ouverte et confiée à l'Inspection générale de la police nationale (IGPN), a appris France 3.

Lire aussi:

Deux voyous filmés alors qu’ils incendient une voiture de police à Mulhouse - vidéo
Ivan Rioufol: «le discours totalement anxiogène» du gouvernement sur le Covid-19 a «abruti» les Français - vidéo
La photo d’un repas proposé dans un Ehpad du Finistère fait polémique
Tags:
blessure, plainte, violences policières, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook