France
URL courte
Par
111540
S'abonner

«On est jeunes, on a besoin de croquer la vie à pleines dents». Le rappeur Uzi a commenté pour BFM TV la soirée clandestine célébrant la sortie de son premier album studio et qui a réuni entre 150 et 200 personnes dans la nuit du 18 au 19 février en Seine-et-Marne.

Au mépris des mesures restrictives, une fête clandestine consacrée à la sortie du premier album studio du rappeur Uzi et rassemblant jusqu’à 200 personnes a eu lieu en pleine nuit à Noisiel (Seine-et-Marne). L’artiste s’est expliqué au micro de BFM TV ce dimanche. 

«Ça nous a fait très plaisir. C'est vrai que c'est une crise sanitaire mais je ne suis pas le responsable. On est jeunes, on a besoin de croquer la vie à pleines dents», a-t-il affirmé.

Une façon de s’exprimer

D’après lui, il n’y avait «rien de bien méchant, juste notre façon de s'exprimer».

«Franchement, on ne savait pas que ça allait choquer. On pensait que les gens allaient bien le prendre», a lancé Uzi.

«Inconscience pure et simple»

Interrogé par BFM TV, Mathieu Viskovic, maire PS de Noisiel, a qualifié cette soirée d’«inconscience pure et simple», «sans masques, sans respect des gestes barrières».

«On est vraiment écœurés et déçus car ça donne une mauvaise image des jeunes de Noisiel et de ce quartier qui est un quartier paisible», a-t-il indiqué.

Le syndicat Alliance police nationale du département a aussi réagi et a diffusé sur Facebook des images de cette soirée et du repas offert dans un parking souterrain. «Les policiers sont scandalisés», ont-ils écrit.

Des feux d'artifice ont de plus été tirés à minuit, ce qui a déclenché la colère des riverains. Plusieurs dizaines de participants ont été verbalisés le soir même, une enquête a été ouverte.

Lire aussi:

Une voiture percute une terrasse à Paris, faisant au moins un mort et plusieurs blessés
Peut-être plus infectieux et plus résistant: qui est ce nouvel inconnu, le variant Lambda?
Ce pays pourrait rapidement devenir «un super-propagateur du Covid»
Tags:
Covid-19, couvre-feu, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook