France
URL courte
Par
263567
S'abonner

Découvertes dans le sable du Sahara qui a récemment recouvert une partie de la France, les particules radioactives de césium 137" proviennent des essais nucléaires réalisés par l’Hexagone au sein du désert dans les années 1960, a précisé sur Franceinfo le vice-président de l’association pour le contrôle de la radioactivité dans l’Ouest.

En février plusieurs départements ont été touchés par un nouveau nuage de sable venu du Sahara dans lequel des particules radioactives ont été découvertes par l’Association pour le contrôle de la radioactivité dans l’Ouest (ACRO). Sur Franceinfo, Pierre Barbet, vice-président de l’association et spécialiste auprès de l’Université de Caen, a expliqué leur origine et leur danger pour la population.

«Les données qu'on a publiées sont sans ambiguïté du césium 137"» qui «est un produit de fission dominant à travers les essais nucléaires», a-t-il déclaré le 26 février.

«C'est une substance radioactive qui émet des rayonnements pénétrants, des rayonnements gamma et il n'existe pas à l'état naturel», a-t-il ajouté.

«C'est une pollution radioactive bien réelle et parfaitement indiscutable».

Responsabilité française

Selon lui, l’apparition de cette substance dans le désert africain «remonte au début des années 60, quand la France a fait des essais nucléaires atmosphériques dans le Sahara».

Bien que les quantités de cet élément radioactif soit «assez faibles», d’après le spécialiste, «l'objet n'est pas de dire qu'il y a une mise en danger de la population mais de rappeler un peu quelle est l'origine et la responsabilité de la France dans ces essais nucléaires».

Soulignant son danger minime, il a en revanche mis en exergue les «expositions extrêmement importantes» subies il y a 60 ans par les populations qui «vivent dans ces régions».

Auprès de France Bleu, le spécialiste a pointé le fait que la limite d’existence du césium 137" était de 30 ans. «Cela veut dire qu'au bout de 30 ans, il ne reste que la moitié de sa radioactivité. Et au-delà on atteint les 1%», a-t-il expliqué.

Lire aussi:

Tous vaccinés contre tous confinés: «il existe une troisième alternative»
La Russie annonce répondre à un déploiement massif de troupes de l'Otan à sa frontière
«Toutes les personnes qui vont aller se faire vacciner sont des cobayes», lance une députée française
Tags:
nucléaire, césium, radioactivité, sable, Sahara
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook