France
URL courte
Par
17503
S'abonner

Afin d’attirer l’attention du Président sur les difficultés psychologiques et financières des étudiants associées à la crise sanitaire, un jeune de 17 ans lui a envoyé une lettre qui porte sur la situation de «détresse» de ses camarades dont certains se retrouvent isolés.

Dénonçant la «détresse étudiante», un jeune de 17 ans a écrit à Emmanuel Macron pour l’alerter sur les problèmes que le milieu étudiant traverse pendant la crise sanitaire, rapporte France Bleu.

Après avoir sauté une classe, ce garçon étudie en première année de licence de mathématiques à Valence. Sa lettre de deux pages commence par la phrase: «Je suis scandalisé, la situation est aberrante, on pourrait croire à une plaisanterie», indique la radio.

«On a été mis de côté, on nous oublie», alors que «nous sommes l’avenir de la France» et «encore plus depuis le début de cette crise, traités à la marge», relate France Bleu.

Il a également fait état d’une «précarité accentuée» et d’«inégalités» renforcées.

Problèmes psychologiques

Les difficultés psychologiques des étudiants associées à la pandémie ont été également mises en valeur. «On se retrouve tous enfermé, surtout pour ceux qui sont tout seuls». Ceux qui passent par l’enseignement à distance et vivent en cité universitaire se retrouvent dans une situation proche d’un confinement. Comme ils ont cours de 8h à 18h, ils ne peuvent plus sortir en raison du couvre-feu.

Les repas à un euro, la création d’un «chèque-psy» et le retour en présentiel un jour par semaine sont «insuffisants face à la détresse de certains étudiants» qu’il faut «aider» davantage, conclut-il.

Lire aussi:

Tous vaccinés contre tous confinés: «il existe une troisième alternative»
La Russie annonce répondre à un déploiement massif de troupes de l'Otan à sa frontière
«Toutes les personnes qui vont aller se faire vacciner sont des cobayes», lance une députée française
Tags:
lettre, pandémie, problèmes, étudiants, Emmanuel Macron
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook