France
URL courte
Par
93710
S'abonner

Des députés LFI demandent un moratoire sur le déploiement en France de Starlink, l’offre d’Internet par satellite proposée par Elon Musk. Ils évoquent notamment des questions de pollution lumineuse.

Jean-Luc Mélenchon et plusieurs députés LFI ont déposé un amendement à la loi sur la lutte contre le dérèglement climatique, attaquant Starlink, l’offre Internet par satellite développée par SpaceX.

Les élus demandent que le déploiement de cet Internet de l’espace soit soumis à un moratoire et à une consultation nationale qui s’échelonnera sur un an.

Droit à l’obscurité et risque de collision

Le texte de l’amendement soulève en particulier la question de la pollution lumineuse du ciel, expliquant que le déploiement de ces satellites menace le «droit à l’obscurité». Sur un plan scientifique, l’activité des appareils Starlink pourrait également «polluer le travail des astronomes», ajoute le document.

Les députés LFI pointent aussi du doigt un risque de collision accru, dû au grand nombre de satellites qui risquent d’être envoyés dans l’espace.

«Avec 12.000 satellites déjà planifiés et 30.000 de plus envisagés, ces dizaines de milliers de satellites prévus à la mise en orbite font augmenter le risque de collision avec d'autres dispositifs», expliquent ainsi les députés dans leur amendement.

Les élus appellent plus généralement à une réflexion sur «l’utilisation privée et lucrative de l’espace».

Suite à plusieurs critiques du même type sur la pollution lumineuse, Starlink avait annoncé en juin vouloir équiper ses satellites d’un pare-soleil, afin d’atténuer leur réflectivité.

Lire aussi:

Et si les vaccins étaient inutiles et inefficaces? La France face au péril du variant brésilien
Finkielkraut «bug» en plein direct sur CNews, n’ayant pas compris que l’émission avait commencé – vidéo
Tous vaccinés contre tous confinés: «il existe une troisième alternative»
Tags:
pollution lumineuse, satellite, La France insoumise (LFI), Elon Musk, Starlink (constellation de satellites)
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook