France
URL courte
Par
91116
S'abonner

Entre 1966 et 1996, la France a effectué 193 tirs nucléaires depuis le Pacifique. Le niveau de radioactivité à laquelle a été exposée la population de la Polynésie lors de ces essais a été largement sous-évalué, révèle une enquête du média d'investigation Disclose.

L’ONG de journalisme d'investigation Disclose, en partenariat avec Interprt, organisation qui défend la justice environnementale, et l’université de Princeton, ont enquêté pendant deux ans sur les essais nucléaires français depuis les atolls de Mururoa et Fangataufa, situés dans le Pacifique, à plus de 15.000 kilomètres de la métropole. Leur enquête «dévoile les mensonges et dissimulations de l'État sur la contamination de la Polynésie française».

Ayant analysé les 2.000 documents déclassifiés par l’Armée française en 2013, le spécialiste des questions nucléaires Sébastien Philippe, de l’université américaine de Princeton, a notamment modélisé la trajectoire du nuage atomique du 41e essai, baptisé Centaure et réalisé en juillet 1974. «Rien ne s’est passé comme prévu», disent les investigateurs.

L’armée se taisait

La modélisation permet, selon ses auteurs, de montrer «comment les autorités françaises ont tenté de dissimuler pendant plus de 50 ans l’impact réel des essais sur la santé des populations». Elle montre ainsi qu’au lieu de se diriger, comme prévu, vers les atolls de Tureia et de Hao, situés au nord, et de se disperser dans le Pacifique, le nuage est parti vers Tahiti, la principale île de la Polynésie française, et les îles Sous-le-Vent.

Le nuage radioactif s’est élevé moins haut que prévu, à 5.200 mètres au lieu de 8.000. C’est ce qui a empêché les vents de l’emporter vers le nord. «Les pluies toxiques contaminent tout sur leur passage», explique une vidéo présentant cette modélisation.

Ce passage a pris des heures, mais l’armée a choisi de ne pas prévenir les populations et ne les a pas confinées, constatent les enquêteurs. Leurs estimations des doses de radioactivité reçues par les habitants «sont entre deux et dix fois plus élevées que les calculs officiels».

110.000 personnes exposées

Par conséquent, contrairement à ce qu’affirme l’étude du Commissariat à l’énergie atomique (CEA) de 2006, la totalité des Tahitiens pourrait avoir été exposée à une dose qui ouvre le droit à une indemnisation par l’État français. Il s’agit de 23 maladies radio-induites qui sont reconnues comme une conséquence des essais.

«Leucémie, lymphome, cancer de la thyroïde, du poumon, du sein, de l'estomac ...», énumère Disclose. «À ce jour, seulement 63 Polynésiens ont été reconnus comme victimes.»

«D’après nos calculs, fondés sur une réévaluation scientifique de la contamination en Polynésie française, environ 110.000 personnes ont été exposées à la radioactivité, soit la quasi-totalité de la population des archipels à l’époque», dit le rapport.

L’enquête est à retrouver dans «Toxique», livre coécrit par Thomas Statius et Sébastien Philippe qui paraîtra le mercredi 10 mars.

Lire aussi:

Et si les vaccins étaient inutiles et inefficaces? La France face au péril du variant brésilien
Finkielkraut «bug» en plein direct sur CNews, n’ayant pas compris que l’émission avait commencé – vidéo
Tous vaccinés contre tous confinés: «il existe une troisième alternative»
Tags:
tests nucléaires, Polynésie française, radioactivité, France, océan Pacifique
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook