France
URL courte
Par
2110128
S'abonner

Une chef de brigade de nuit a fait parvenir des renseignements «très personnels» sur ses collègues à son voisin, un fiché S au moment des faits, rapporte BFM Paris.

Une policière, chef de brigade de nuit dans le XIVe arrondissement, a divulgué des renseignements sur ses collègues à l’un de ses voisins, annonce BFM Paris ce mardi.

L’affaire remonte au 13 février 2020. Un homme, qui fait l'objet d'une fiche S active, est convoqué pour une audition par une policière qui travaille dans le département de l'Eure-et-Loir. À sa grande surprise, il lui donne son nom et le nombre d'enfants qu'elle a. Il ajoute aussi qu'elle et son mari, policier dans le XIVe arrondissement de Paris, sont «des catholiques pratiquants». «Choquée», la fonctionnaire commence à l’interroger. Selon lui, il a obtenu toutes ces informations de la part de sa voisine, elle-même policière.

La gardienne de la paix décide alors de rédiger un rapport que BFM Paris s'est procuré. «Au cours de cette audition, ce monsieur m'a indiqué qu'il avait obtenu des informations personnelles sur mon époux, mes enfants et moi-même, notamment qu'il savait le prénom de mon mari et que nous étions des policiers catholiques pratiquants», indique le document.

«Rien n'a été découvert»

Les faits vont remonter jusqu’à la préfecture de Paris et les policiers du renseignement vont mener une enquête discrète. Quant aux officiers du commissariat de la brigade de nuit du XIVe arrondissement, ils vont également diligenter une enquête administrative. Selon BFM Paris, la procédure est «terminée mais rien n'a été découvert». «Inquiets», 20 officiers de l’arrondissement en question ont rédigé un rapport il y a quelques jours, car ils ne savent pas si leur chef a fourni des informations personnelles les concernant.

«Le 21 février 2021, le gardien de la paix [le conjoint de la policière, ndlr] tente timidement de nous faire part de son inquiétude grandissante concernant son intégrité physique, celle de sa famille, mais également de celle de la totalité des effectifs de la brigade de nuit du XIVe», indique le rapport à la disposition BFM Paris.

Policière mutée

La préfecture de police a été jointe par BFM Paris. Elle détaille «qu'une enquête administrative a été ouverte et aucun manquement grave de divulgation d'informations à un tiers n'a pu être imputé à la fonctionnaire mise en cause». Mais un avertissement a été notifié à cette dernière. Elle a été «mutée et s’est vu infliger un avertissement».

L'homme qui était fiché S ne l'est plus en mars 2021. Pourtant, il est connu «défavorablement» des services de police.

Lire aussi:

La France constate une forte baisse du nombre de nouveaux cas quotidiens de Covid-19
Troisième dose de vaccin: «Cela fait partie du plan de développement économique et actionnarial des labos»
En Seine-Saint-Denis, ces deux prénoms sont les plus donnés aux bébés depuis 2018
Tags:
islamisme, police, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook