France
URL courte
Par
2851102
S'abonner

Des fonctionnaires de la BAC ont été attaqués par une trentaine d'individus à Bagneux (92). Ils ont été contraints de tirer en l'air à quatre reprises pour se dégager, indique une source policière à Sputnik.

Une trentaine d'individus s’en sont pris à deux agents de la BAC à Bagneux (Hauts-de-Seine) mardi 9 mars, a appris Sputnik de source policière.

​D’après Actu17, les faits se sont déroulés lorsque ces policiers de la BAC départementale du Val-de-Marne (BAC D 94) ont demandé au conducteur d’un scooter démuni de plaque d’immatriculation de s’arrêter pour un contrôle. L’individu a refusé et a roulé vers Bagneux.

Barres de fer, «pistolet»

Il a été arrêté malgré cela mais son passager a réussi à prendre la fuite. Alors qu’un fonctionnaire a essayé de le rattraper, il a été attaqué par une trentaine d’individus «hostiles à cette interpellation». Encerclé, le policier a été roué de coups. Son collègue a donc tiré à quatre reprises en l’air pour éloigner les agresseurs dont certains étaient munis de barres de fer. D’après des témoignages, l’un d’entre eux avait un pistolet.

Des renforts sont arrivés sur place. Le fonctionnaire attaqué a été sérieusement blessé, notamment au visage. Il a été hospitalisé.

Quatre interpellations

Une enquête a été ouverte. Quatre suspects ont été interpellés et placés en garde à vue. Le deux-roues des fuyards serait volé.

Sur Twitter, la préfecture de police a réagi à cette agression en exprimant son «soutien» aux fonctionnaires «violemment pris à partie» et ses «pensées particulières au policier blessé transporté en milieu hospitalier.»

Lire aussi:

La France rappelle ses ambassadeurs à Washington et Canberra pour consultations
Zemmour détourné en Zob: une présentatrice de France Inter se moque et provoque un tollé
Les talibans conseillent «au jeune Président français» de «ne pas être trop impulsif»
L'armée US reconnaît que sa dernière frappe à Kaboul était une erreur avec «un bilan tragique»
Tags:
France, Hauts-de-Seine
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook